INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

mercredi 24 janvier 2018

Avec le choc «Trump», la démocratie face à ses contradictions et ses faiblesses

La tentation totalitaire et populiste des peuples est une donnée récurrente de l’histoire de l’Humanité.
Comme si la liberté inquiétait de par l’éventail de ses possibilités et que la servitude rassurait de par l’indication d’une seule et simpliste vérité à suivre.
Comme si l’individu préférait que l’on flatte ses défauts plutôt que d’encourager ses qualités à s’exprimer.
Comme si le peuple préférait croire aux mensonges pour ne pas se confronter à la réalité.
Comme si le refus d’une éthique était tellement plus reposant que la responsabilité.
Dans le même temps, il faut constamment rappeler aux populations des démocraties républicaines que le régime de la liberté n’est pas «naturel», au sens où la liberté dans la sécurité n’est pas l’état naturel des êtres humains.
Et si le libéralisme a parlé de «droits naturels» notamment à propos de la liberté, il s’agit d’affirmer que comme tout individu est égal à un autre à sa naissance, il possède des droits constitutifs de celle-ci que la société doit lui garantir.
Mais, sans cette garantie, ces «droits naturels» n’existent évidemment pas et c’est la loi du plus fort qui est alors la règle, c’est-à-dire la vraie loi naturelle (plus fort ne voulant pas forcément signifier le plus fort physiquement mais celui qui est capable de dominer l’autre, ce qui peut se faire également par la ruse).
Dans ce cadre, la démocratie ne résiste pas toujours à l’arrivée au pouvoir d’un individu aux tendances autocratiques et populistes.
Et ce n’est pas la première fois que cela se passe avec Donald Trump.
Ce ne sera sans doute pas la dernière fois, non plus, qu’un tel populiste extrémiste et démagogue parvient au sommet dans une démocratie, profitant du système pour se faire élire.
Mais le choc «Trump», s’il doit être replacé dans cette perspective historique de long terme où le peuple acclame des Boulanger, des Hitler, des Mussolini, des Peron, il doit aussi être analysé sur une période plus courte qui part de la fin de la Seconde guerre mondiale jusqu’à nos jours.
Plus particulièrement de cette résurgence dans les démocraties du populisme et de l’extrémisme de droite (celui de gauche ayant échappé au purgatoire parce qu’il ne fut pas considéré comme complice de la boucherie nazie alors même que Staline massacrait son peuple à la même époque).
Ainsi, de l’Allemagne à l’Italie en passant par le Japon mais aussi la Hongrie, le Portugal et l’Espagne, le moment fasciste qui s’effondra alors partout sauf à Madrid et Lisbonne, fut un vaccin important contre l’extrême-droite pendant vingt à trente ans dans les pays démocratiques avec, dans les années 1970 les disparitions de Franco et de Salazar qui permirent l’éclosion de la démocratie dans la péninsule ibérique.
Ce reflux fasciste fut aidé par une conjoncture économique et sociale particulièrement positive pendant ces trois décennies qui suivirent la fin de la guerre.
Certains ont pu penser et théoriser alors la victoire finale de la démocratie républicaine face aux forces fascistes.
Puis, la mort de Mao puis la chute de l’empire soviétique a permis aux mêmes de penser et théoriser la victoire finale de la démocratie républicaine dans le monde entier et pour toujours face aux régimes autoritaires et totalitaires (sans être, reconnaissons-le, dans une innocence ingénue pour autant car ne cachant pas les nombreux dysfonctionnements des sociétés occidentales).
C’est cette fameuse «fin de l’Histoire» dont a parlé Francis Fukuyama, qui ne signifiait nullement qu’il n’y aurait plus de marche vers le progrès ou des conflits entre les humains, voire l’effondrement de civilisations, mais simplement qu’il semblait bien que les peuples avaient finalement choisi la démocratie contre la servitude.
Force est de constater que ce ne fut pas le cas et que ce n’est pas le cas, la tentation totalitaire et populiste existe ainsi dans une partie importante de la population et dans chaque pays même si elle est d’importance différente.
Le retour d’un régime fort en Russie et en Turquie en témoigne.
Et nous revoilà dans ce moment charnière où elle risque de remettre au pouvoir des personnages douteux et dangereux, véritables aventuriers de la politique dans les démocraties.
Trump est de cette trempe mais comme l’est Poutine, Kaczynski, Duterte, Orban, Erdogan, etc., tous des personnages dangereux élus par leurs peuples (avec plus ou moins de fraude).
Bien sûr, l’élection du président américain est d’une autre dimension parce qu’il s’agit de la plus grande démocratie du monde qui, depuis sa création à la fin du XVIII° siècle a toujours tenu des élections en date et en heure et n’a jamais reniée ses valeurs et ses principes.
La question fondamentale est évidemment de savoir comment empêcher l’élection d’un Trump dans le futur dans une démocratie?
Il y a, évidemment, la formation d’un citoyen détenteur d’un savoir suffisant et suffisamment informé pour ne pas tomber dans le piège d’un tel personnage et de sa rhétorique.
Mais, force est de reconnaître, que près de deux siècles et demi de démocratie aux Etats-Unis n’ont pas permis de faire émerger de manière ultra-majoritaire un tel citoyen, empêchant la menace de se concrétiser.
Alors, en attenant que cela survienne, que peut faire la démocratie républicaine?
Doit-elle se protéger en allant contre ses principes et ses valeurs?
Pas forcément comme beaucoup le veulent et d’autres le craignent.
Car empêcher que ceux qui veulent détruire un système qui garantie la dignité et le respect de la personne est une des tâches essentielles de la démocratie républicaine et non un renoncement à ce qu’elle est.
Dès lors, elle doit pouvoir empêcher légalement qu’un Trump, un Orban, un Erdogan, une Le Pen parviennent au pouvoir (mais aussi de se protéger de toutes les idéologies politiques et religieuses totalitaires).
Sur quelle base s’appuie cette thèse qui fait se hérisser de nombreux soi-disant défenseurs de la démocratie, prêts à la voir disparaître plutôt que de la voir se défendre efficacement?
Sur celle que la démocratie républicaine, à l’inverse d’une idée reçue, n’est pas le régime de la majorité mais bien celui de la garantie des droits de tous et de la minorité.
Sur celle que la démocratie doit garantir la liberté ce qui impose qu’elle ne permette pas à ceux qui veulent la supprimer de gouverner.
Explications.
Si c’est bien la majorité qui a le pouvoir et qui peut décider l’orientation d’un pays démocratique, elle ne peut en aucun cas remettre en cause les fondements démocratiques de celui-ci, c’est-à-dire la liberté de l’individu et les droits qui s’y attachent.
Dès lors, même si tout un peuple sauf un des ses membres voulait supprimer la liberté dans son pays, il n’en aurait pas le droit au nom de la liberté de celui-ci.
Mais même si tout le peuple, unanimement, voulait le faire, il n’en aurait pas le droit au nom de la liberté des générations futures.
C’est en cela que l’être humain nait libre et que la liberté et un droit «naturel».
De même, comme le disait Saint-Just mais avec une signification quelque peu différente, il ne peut y avoir de liberté pour les ennemis de la liberté.
Car ceux qui prétendent que la démocratie qui interdit à ses adversaires d’agir sans aucune restriction n’est pas digne de vivre car elle tourne le dos à ses principes, ont tout faux.
Car, comme je l’expliquais plus haut, si la dignité et le respect de la personne humaine ne peut se faire sans la liberté, celle-ci ne peut pas vivre sans être protégée.
Dès lors, interdire à ceux qui veulent l’abolir d’agir en ce sens, est une de ses missions.
Pour en revenir à Trump au moment où celui-ci vient de fêter la première année de son mandat (avec, à la clé, un «shutdown», fermeture des services publics faute de majorité au Congrès pour voter un budget ou des autorisations budgétaires limitées, ce qui caractérise bien la faillite du président américain!), le combat continue, évidemment.
Beaucoup s’étonnent de ce que malgré tous ses mensonges, ses renoncements, ses échecs, ses grossièretés, ses insultes et son incompétence, il ait encore un taux d’environ 35% d’approbation dans les sondages.
Le Washington Post, par exemple, a recensé 2000 fausses informations ou informations biaisées délivrées par la Maison blanche en un an…
Mais quoi d’étonnant puisqu’il a obtenu 46% des voix en 2016, que Marine Le Pen en a obtenu 34% à la présidentielle de 2017, qu’Hitler en a obtenu 36,7% à la présidentielle de 1932 et que le parti nazi est arrivé en tête aux législatives la même année avec 33,09% des voix.
Concernant l’Allemagne qui sait qu’un sondage réalisé en 1947, deux ans après l’effondrement d’un des pires régimes de l’Histoire, 55% des Allemands de la zone d’occupation américaine estimaient que le nazisme était une «bonne idée mal appliquée»…
Donc, il bénéficiera toujours d’une «base» plus ou moins solide et qui ne se détachera de lui qu’au dernier moment et pour un événement particulièrement grave.
Et encore…
Bien sûr, comme nous l’avons vu, l’élection de Trump n’est pas la première fois que la démocratie est face à ces contradictions et ses faiblesses.
Régime permettant à ceux qui veulent l’abattre de pouvoir prendre le pouvoir légalement, elle a, dans le passé et le présent, permis l’élection de ses ennemis (Hitler), de populistes (Jackson), d’incompétents.
Et quand les pro-Trump s’exclament au bout d’un an de présidence de leur héros, «Vous voyez bien que les Etats-Unis sont encore une démocratie», ses opposants répondent qu’elle n’a jamais été aussi faible et en danger, rejoints en cela par de nombreux travaux de spécialistes des sciences politiques.
Ces dernières semaines devant les comportements et les déclarations de Donald Trump et après une année de pouvoir, les observateurs et les commentateurs aux Etats-Unis se sont demandé s’il était mentalement dérangé, intellectuellement limité, incompétent, dangereux ou moralement abject, la réponse est conteste: il est les cinq en même temps!
Ainsi, l’homme qui ne mange que des cheeseburgers de McDonald’s pour éviter d’être empoisonné, qui arrête de travailler à 18h tous les jours, qui ne lit aucun rapport mais prend ses informations pour gouverner sur la chaîne de «fake news» et d’extrême-droite, Fox News, qui s’autoproclame «génie très équilibré» («genius very stable»), qui affirme qu’il est le plus grand créateur d’emplois que Dieu ait jamais créé et qu’il a rendu sa grandeur à l’Amérique («make America great again») mais aussi qu’il est l’homme providentiel qui vient de réconcilier les deux Corées et qui ne veut pas d’immigrants de «pays de merde» («shithole countries») africain et d’Haïti, démontre à longueur de temps sa nocuité à tous les points de vue.
In fine, la présidence Trump va causer beaucoup de dommages aux Etats-Unis ainsi qu’à la démocratie.
Mais est-elle, comme certains le pensent, une menace pour l’existence même de la démocratie dans le monde et, subsidiairement, le marchepied qui va permettre au rêve chinois de supplanter le rêve américain?
Un cauchemar que tous les démocrates, dont les centristes, veulent éviter à tout prix.

Alexandre Vatimbella



jeudi 7 décembre 2017

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. La démocratie est en danger

Les adversaires de la démocratie républicaine n’aurait pu rêver meilleur argument et objet de propagande: à la tête de la plus grande et plus vieille démocratie du monde, celle où toutes les élections se sont toujours tenues en lieu et en heure, se trouve un clown dangereux que l’on savait menteur, incompétent, cupide, raciste, égotiste et malhonnête mais que l’on découvre – selon bien des spécialistes, des observateurs et d’anciens alliés – crétin (au sens littéral du terme), incapable, paranoïaque, inculte et peut-être mentalement dangereux.
Quand un général américain fait une déclaration publique fracassante indiquant que si Donald Trump lui donnait l’ordre de lancer des missiles nucléaires, il n’obéirait pas, on peut raisonnablement se poser des questions sur le personnage et ressentir une certaine angoisse.
Mais la question principale qui se pose, et pas seulement aux Etats-Unis, c’est comment peut-on protéger la démocratie républicaine contre l’élection d’un Trump.
Et, dans le cas où c’est impossible, cela remet-il en cause l’existence même du régime démocratique?
Il faut rappeler des choses simples mais ô combien essentielles.
D’abord, la démocratie est un régime fragile, non pas parce qu’elle n’est pas légitime mais parce qu’elle est constitutivement ouverte et bienveillante, donc facilement attaquable par ses ennemis qui ne s’embarrassent guère de principes à son encontre.
Ensuite, pour qu’elle fonctionne, elle a besoin de rationalité tout en canalisant les passions destructives partisanes et clientélistes attisées par l’unique recherche d’un intérêt égoïste et égocentrique.
En conséquence, un gouvernement démocratique et républicain doit être humaniste, équilibré, honnête, responsable, digne, respectueux, protecteur de la minorité et doit s’appuyer sur des citoyens qui reconnaissent et adhèrent à ces valeurs.
Or, avec Trump, ses soutiens et ses supporteurs, c’est tout le contraire.
Ils ne remplissent aucun de ces critères même ad minima.
Pire, ils sont prêts à jeter aux orties toutes leurs croyances (comme les évangélistes qui n’ont plus que faire des préceptes défendus par leur religion), pour garder le pouvoir et l’utiliser à leur guise.
On rappellera également qu’un des objectifs affichés de Donald Trump est de dérégler complètement l’action gouvernementale pour la rendre inefficace, le tout dans la haine incommensurable et totale vis-à-vis de son prédécesseur, Barack Obama.
Plus le mandat du président américain avance, plus les dégâts sont nombreux pour la démocratie.
Du coup, il faut bien se demander si un régime qui permet d’être détruit légalement de l’intérieur par un de ses ennemis affichés doit être défendu ou devons-nous nous résoudre à déclarer que la démocratie républicaine n’a plus beaucoup de présent et aucun avenir.
Ses tares ne sont pas nouvelles et nombre de penseurs et de philosophes les ont pointé sans relâche depuis des siècles, même ceux qui la défendent.
Néanmoins, dans une vision dynamique et progressiste, beaucoup d’entre eux estimaient jusqu’à maintenant que l’évolution démocratique était inéluctable car elle suivait celle d’une progression du niveau de vie et, surtout, du niveau intellectuel des populations.
Or, la montée constante des populismes démagogiques ces dernières années dans l’ensemble des pays démocratiques semblent indiquer le contraire.
N’avons-nous pas vu la démocratie et la république trop belles, trop fortes, trop «incontournables»?
En émancipant l’individu, tâche première d’une démocratie, sans lui inculquer assez les notions de responsabilité et de respect, n’a-t-on pas creusé la tombe même de ce régime?
Le constat actuel de l’existence d’une autonomie irresponsable, irrespectueuse, égoïste, égocentrique et assistée de l’individu partout dans le monde et plus précisément dans les démocraties ne montre-t-il pas que tout espoir est vain de construire une société, humaniste, libre, égale, fraternelle et respectueuse?
Toutes ces interrogations sont légitimes et il serait dangereux des les balayer d’un revers de main.
Heureusement, nous n’avons pas encore atteint le point de non-retour.
Oh, il n’est pas si éloigné que cela mais nous avons encore un peu de temps afin d’éviter le pire, un peu comme pour le changement climatique.
Car, ne nous berçons pas de belles illusions, les forces anti-démocratiques et anti-républicaines sont puissamment implantées et sont en marche.
De multiples sondages montrent que beaucoup de citoyens sont prêts à s’y rallier, incapables de réfléchir à ce qu’ils ont et ce qu’ils perdraient en cas de disparition de la démocratie républicaine.
Ce qui permet de garder l’optimisme, c’est que dans le cas emblématique de Trump aux Etats-Unis, celui-ci a gagné la présidentielle de 2016 sans le vote populaire et que si l’élection avait lieu aujourd’hui, il le perdrait à nouveau.
Rappelons qu’il l’a emporté parce qu’il a bénéficié, à la fois, d’un système électoral injuste, de l’abstention d’une partie de l’électorat démocrate chauffé à blanc contre Hillary Clinton par Bernie Sanders et par l’adoption de lois iniques dans les Etats dirigés par le Parti républicain et qui empêche une bonne partie de l’électorat favorable au Parti démocrate d’aller voter.
Mais que l’on ne s’y méprenne pas ici sur les enjeux par rapport à tous les doutes qui nous assaillent et les craintes qui nous étreignent.
Il se peut que les peuples ne méritent pas la démocratie républicaine (car, oui, celle-ci se mérite).
Mais cela ne signifie pas que ce ne soit pas le meilleur système, voire le système «naturel» car il est le seul à garantir le plus de liberté possible à l’individu dans le respect de l’autre.
De ce point de vue, la démocratie républicaine ne peut être à la merci d’une décision de la majorité, ni même de la totalité de la population car personne ne peut décider de supprimer la liberté de l’autre ou des générations à venir.
Alors, la tâche de tous les démocrates républicains, dont les centristes, est de travailler sans relâche à ce que la population mondiale mérite cette démocratie, en l’aidant à prendre conscience que trois concepts sont indépassables pour la vie bonne, trois concepts que, nous Français, avons mis au fronton de tous nos édifices publiques: liberté, égalité, fraternité auquel nous devons ajouter respect.
L’action doit toucher d’abord tout le système de transmission du savoir (école et information).
De ce point de vue, on ne peut que se féliciter que celui-ci soit une priorité d’Emmanuel Macron.
Mais nous devons également rendre cette société plus équilibrée, plus juste et faire de tout ceux qui y vivent des gardiens responsables.
Enfin, pour garder cet optimisme que certains qualifieront de béat, réjouissons-nous que le magazine américain Time n’ait finalement pas nommé Trump comme sa «personne de l’année».
Non seulement celui-ci s’étai vanté un peu vite d’avoir été choisi puis, devant la réaction indignée de la rédaction du magazine, avait insulté ce dernier en affirmant ne plus vouloir cette distinction même si elle lui était finalement attribuée.
En faisant le choix de récompenser les femmes agressées sexuellement et qui ont rompu le silence cette année, Time a adressé un formidable pied-de-nez à ce populiste démagogue doublé d’un prédateur sexuel qui entrait dans les loges des jeunes filles concourant à «Miss USA» sans frapper et qui déclarait que la bonne technique de drague était d’«empoigner la chatte» de femmes tout en reconnaissant l’avoir fait (des femmes ont également témoigné en ce sens).
D’autant que le bonhomme déclare désormais que tout cela est mensonger et que ses propos enregistrés à ce sujet étaient faux alors même que celui à qui il les a tenus dit le contraire et que l’enregistrement est bien authentique…
Oui, la décision de Time est un acte de résistance que tout démocrate se doit de saluer.

lundi 20 novembre 2017

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Le projet deTrump: détruire la démocratie et la république

Voilà un an qu’un cataclysme s’est abattu non seulement sur les Etats-Unis mais sur l’ensemble des démocraties mondiales.
Le 8 novembre 2016, date qui demeurera dans l’Histoire comme une injure à la liberté, à la responsabilité et au respect, le démagogue populiste, menteur, agresseur de femmes, ayant fait quatre fois faillite dans ses affaires, le tristement célèbre Donald Trump – surtout connu alors pour ses émissions bas de gamme de téléréalité et sa haine de Barack Obama – a remporté la présidentielle américaine malgré avoir obtenu trois millions de voix en moins que sa rivale, la centriste Hillary Clinton.
Depuis, toutes les appréhensions qui existaient si par accident il était élu ont été validées.
Et l’ensemble des médias (sauf peut-être Fox News et le Wall Street journal aux Etats-Unis, propriété d’un autre triste sire, Rupert Murdoch) ont pointé tous ses agissements dangereux (notamment en politique étrangère) mais aussi son incapacité à faire passer une quelconque législation en un an de pouvoir – encore un record lié à son incompétence et à son déséquilibre mental –  ainsi que ses propos racistes, sa défense des suprémacistes blanc et des armes à feu lors des différentes tragédies qui ont ensanglanté son pays (Las Vegas, Texas, etc.) et d’autres (France, Allemagne, Royaume Uni, Espagne, etc.).
On pourrait s’arrêter là si le principal danger représenté par Trump n’était pas ailleurs.
Car, attention, derrière l’incapacité, la bêtise et la grossièreté évidente du personnage, se cache un projet bien plus alarmant: la volonté affirmée de détruire les bases de la démocratie et de la république.
Trump a ainsi expliqué avant son accession au pouvoir qu’il voulait mettre le chaos à Washington pour enrayer la machine gouvernementale et détruire ce qu’il appelle le «deep state», l’Etat profond, c’est-à-dire, au-delà des fantasmes complotistes d’un populiste démagogue, toute la base de fonctionnement de l’Etat fédéral.
Des propos qu’il a souvent répété depuis mais qui sont souvent passés inaperçus tellement ses frasques prenaient le dessus, ce qui n’était pas innocent…
Le but, détruire le système actuel basé sur la démocratie et le républicanisme au nom d’une vision libertarienne d’extrême-droite où la démocratie représentative libérale et sociale est l’ennemi numéro un afin de faire des Etats-Unis une sorte de jungle où les plus forts et les plus riches pourraient faire ce qu’ils veulent.
Pour y parvenir, il faut également détruire la représentation de ce système en abreuvant la société de fausses nouvelles et de propagande mensongère tout en s’attaquant aux médiateurs d’information, en premier lieu, la presse.
Il faut constamment déstabiliser la société par des actes et des propos qui semblent complètement erratiques mais aussi instillé le doute sur la réalité des choses pour construire une sorte de monde parallèle pendant que l’on détruit le vrai.
Et, force est de reconnaitre, qu’à l’abri des regards, pendant que l’on occupe la population à un cirque grotesque, l’entreprise connait un certain succès comme le montre plusieurs enquêtes de médias américains.
Elle est actuellement en cours dans des domaines comme de l’environnement, la santé, le droit des minorités (notamment en leur déniant le droit de vote par des lois iniques dans les Etats dominés par les républicains), l’économie et la finance mais pas seulement.
Ce projet n’a évidemment pas été pensé par Trump mais par les idéologues d’extrême-droite qui sont auprès ou proches de lui ou ont été à ses côtés comme Steve Bannon.
Trump, lui, n’a fait – si l’on peut dire – que le reprendre à son compte parce qu’il sert ses intérêts financiers, ses projets personnels et des fantasmes d’un monde où ne règnent que des soi-disant complots.
Sans oublier sa haine de Barack Obama d’où la destruction de toute l’œuvre législative quelle qu’elle soit de l’ancien président centriste.
Dès lors, on comprend que la lutte pour se débarrasser de Donald Trump n’est pas seulement alimentée par une haine d’un crétin égotiste.
Elle est un combat de la démocratie républicaine contre ses ennemis de l’intérieur.
Donc, un combat centriste qui doit être mené à son terme même si, aujourd’hui, la sidération de voir Trump fêter sa première année à la Maison blanche est forte...

Alexandre Vatimbella


dimanche 11 septembre 2016

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Oui, certains fans de Trump sont «déplorables»

Alors que l’on commémore le quinzième anniversaire du 11 septembre 2001 qui détruisit les deux tours du World trade center à New York et fit près de 3.000 morts (en comptant l’attentat contre le Pentagone à Washington et le crash de l’avion détourné qui se dirigeait vers la Maison blanche ou le Congrès), la campagne électorale continue à battre son plein aux Etats-Unis.
Lors d’un discours devant la communauté LGBT, Hillary Clinton a ainsi affirmé que la moitié des fans présents lors des meetings de Donald Trump étaient des gens «déplorables» parce qu’ils sont «racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes».
Devant les réactions de certains médias, le lendemain, la centriste s’est excusée d’avoir fait cette déclaration.
Pourtant, elle n’aurait pas du faire ces excuses: elle disait vrai.
Comme tout ceux qui, depuis un an, suivent la campagne de Trump, le savent en écoutant ceux qui se rendent à ses réunions électorales, non seulement, elle n’avait pas tort mais elle était sans doute en-dessous de la réalité, à la fois, quantitativement et qualitativement…
Et, afin de se battre efficacement contre cette haine qui envahit de plus en plus la politique américaine mais aussi celle des démocraties républicaines occidentales, il faut bien appeler un chat, un chat, un raciste, un raciste, un sexiste, un sexiste, une fripouille «déplorable», une fripouille «déplorable»!
Car, dans les meetings de Trump, cette foule souvent fanatisée se met à crier des propos détestables tels qu’il faut emprisonner Clinton voire la tuer.
Il suffit d’interviewer quelques uns de ses représentants pour les entendre affirmer sans le moindre complexe que tout ce que dit Trump est vrai, donc que les Mexicains sont des violeurs, qu’Obama n’est pas un vrai Américain et qu’il n’aurait jamais du être président des Etats-Unis, que les journalistes sont des menteurs, que les héros de guerre n’ont pas plus de courage que lui, etc.
Reste que les fans de Trump sont loin d’être les seuls personnes «déplorables» soutenant des politiciens populistes et démagogues.
Il y a ceux de Marine Le Pen en France, ceux de Nigel Farage au Royaume Uni, ceux de Frauke Petry en Allemagne, ceux de Viktor Orban en Hongrie et bien d’autres encore, malheureusement.
Tous ces gens qui sont souvent «racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes».
Mais, chut! Il ne faut pas le dire.
Du coup, le fameux politiquement correct dénoncé sans cesse par les extrémistes de tout bord, notamment ceux de la droite extrême et radicale – et par les soutiens de Trump dès l’entame des primaires républicaines –, devrait donc fonctionner pour empêcher d’«insulter» (c’est-à-dire, en réalité, de dénoncer) ces personnages «déplorables» aux propos inqualifiables mais surtout pas en sens inverse où ces mêmes personnages «déplorables» pourraient, eux, s’en donner à cœur joie dans leurs débordements.
Pire, les dénoncer seraient être sur le même plan qu’eux selon certains commentateurs qui mélangent tout et son contraire et n’ont manifestement pas compris grand chose.
On croit rêver devant ce terrorisme «intellectuel» qui assimile ceux qui transgressent par l’insulte et le mensonge et ceux qui les dénoncent qui, en plus, se retrouvent anathématiser et stigmatiser pour simplement dire ce qui est.
Des personnes «déplorables» qui seraient donc des victimes quand on les appelle par leur nom…
Certains journalistes américains avaient déjà dénoncé ce faux parallèle entre les attaques ordurières du clan Trump et la dénonciation de ceux-ci par l’équipe de Clinton.
Ils ont raison et font leur métier.
D’autres ont également rejeté l’affirmation selon laquelle les propos de Clinton sont des insultes puisqu’ils s’appuient sur la réalité.
Ils ont raison et font leur métier.
Quant au personnel politique, il faut qu’il apprenne, une bonne fois pour toute, que tout électeur potentiel n’est pas une personne digne d’intérêt et que l’on trouve des crapules chez ceux qui ont le droite de vote.
Et, ici, parce que l’on défend la démocratie républicaine et les valeurs humanistes, on le répètera tant qu’il faudra, tant que ce sera vrai.

Alexandre Vatimbella

© 2016 LesNouveauxMondes.org


mardi 6 septembre 2016

Présidentielle USA 2016. Les rêves américains opposés de Clinton et Trump

Contrairement à ce que l’on pense, il n’existe pas «un rêve américain» unique qui serait, à la fois, défini exactement et qui serait commun à tous les Américains.
Le Rêve américain est multiple, on peut même dire que chaque Américain a son propre rêve (et que beaucoup de personnes, à travers le monde ont leur «rêve américain»).
Sur l’échiquier politique, le rêve se décline également par rapport aux convictions de chaque idéologie.
Néanmoins, on peut en catégoriser quatre prédominants correspondant aux quatre idéologies qui dominent la vie politique du pays.
D’ailleurs, à l’occasion de cette présidentielle, ces dernières se sont affrontées lors des primaires avec les quatre candidats principaux, Donald Trump (populiste démagogue de droite) et Ted Cruz (extrémiste de droite) du côté républicain, Hillary Clinton (centriste) et Bernie Sanders (populiste démagogue de gauche) du côté démocrate.
Pour schématiser, on peut les caractériser comme suit:
- Le rêve de Trump est celui de la réussite personnelle et de l’individu égoïste;
- Le rêve de Cruz est celui d’une nation fondée sur les valeurs chrétiennes conservatrices;
- Le rêve de Clinton est celui d’un pays des opportunités et de la solidarité;
- Le rêve de Sanders est celui de l’égalitarisme.
Le rêve de Trump l’a emporté chez les républicains et celui de Clinton chez les démocrates.
D’une certaine manière, c’est dans la normalité puisque les rêves proposés par les deux candidats en lice pour l’élection du 8 novembre prévalent dans la société américaine depuis la fondation de la nation (encore que celui de Trump soit une version extrémiste de la réussite personnelle et du rejet de l’autre) même si les rêves proposés par Cruz et Sanders ont toujours existé mais le plus souvent en retrait par rapport à ceux-ci.
Pour autant, est-ce que la question des rêves sera aussi prégnante lors de cette élection qu’elle l’a été lors ces précédentes, notamment en 2008 et 2012 lors des victoires de Barack Obama?
Il semble, pour l’instant, que la focalisation sur les personnalités des deux finalistes, surtout sur la capacité de Trump à occuper le fauteuil du bureau ovale de la Maison blanche, l’emportent sur la vision du Rêve américain comme élément déterminant.
Néanmoins, elle sera un élément important car ce sont bien deux manières de voir les Etats-Unis qui s’opposent même si du côté républicain il s’agit avec Trump d’un dévoiement certain, du rêve que le parti de Lincoln et de Theodore Roosevelt ont défendu et promu (même si, à leurs époques respectives, le concept n’était pas encore défini sous cette appellation).

Ce qu’est le Rêve américain
Le Rêve américain demeure le concept le plus emblématique de ce que recouvrent les Etats-Unis à la fois comme pays, comme nation et comme idéal.
Des premiers pèlerins qui accostèrent sur les côtes du Massachussetts au XVII° siècle aux illégaux sud-américains qui traversent quotidiennement la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis en passant par tous les Européens qui débarquèrent à Ellis Island, tous ceux qui ont décidé un jour de partir pour cette terre promise moderne le recherchaient.
Comme cela reste le cas de tous les Américains d’aujourd’hui, descendants des uns et des autres.
On peut le qualifier lapidairement par la formule «avoir une vie meilleure».
C’est à la fois concis et précis mais ne donne aucunement la dimension multiple qu’il a toujours eue.
On peut même affirmer que chacun des Américains, plus, chacun de nous, habitants de la planète, a son propre «rêve américain».
Ce qui fait qu’il est «américain» depuis plus de deux siècles, vient de cette croyance qu’il est possible de le réaliser aux Etats-Unis et pas ailleurs, ce pays où même la Constitution reconnaît à tout citoyen le droit à «la poursuite du bonheur».
Jusqu’il y a quelques années, il pouvait se décliner en deux grandes réussites sociales.
D’un côté, il y avait ceux qui parvenaient à faire partie de la classe moyenne en acquérant une certaine aisance et dont les enfants se voyaient offrir les opportunités leur permettant d’avoir une vie encore meilleure que celle de leurs parents.
De l’autre, il y avait ceux qui, grâce à leur talent et leur travail, parvenaient en haut de l’échelle sociale, parfois en étant partis de rien, possédant des fortunes qui se comptaient en millions voire en milliards de dollars.
Bon an mal an, elles coexistaient grâce à une croissance soutenue mais également par une sorte de consensus bipartisan entre les démocrates et les républicains.
Ce n’est plus le cas aujourd’hui où la polarisation idéologique des deux grands partis – en particulier la volonté du Parti républicain de se forger une identité plus radicale -, a remis en cause ce consensus.
Les démocrates sont devenus avant tout les défenseurs de la première réussite alors que les républicains le sont de la deuxième.
De même, la réalisation de ces deux rêves en parallèle semble actuellement bien difficile alors que l’économie, sortie il n’y a pas si longtemps de ce que les Américains appellent la «Grande Récession», demeure encore incapable d’une croissance assez forte pour la réalisation pour tous de leurs rêves sans oublier, évidemment, le creusement des inégalités entre les ultra-riches et les basses classes moyennes, sans parler évidemment des pauvres.

Une expression assez récente et discutée
Le concept de «rêve américain» ne se retrouve écrit noir sur blanc nulle part avant le milieu du XX° siècle.
Rien dans la Déclaration d’indépendance, rien dans la Constitution, rien dans les écrits des Pères fondateurs ou dans les discours des grands Présidents comme Washington, Lincoln ou Theodore Roosevelt.
L’expression va être utilisée la première fois en 1931 par un historien, James Adams Truslow, dans son livre «L’épopée de l’Amérique» («The Epic of America»).
Détail amusant, Truslow souhaitait appeler son livre «Le Rêve Américain» mais son éditeur refusa en lui expliquant que ce n’était pas un titre très vendeur et surtout que l’expression était beaucoup trop vague…
Toujours est-il que l’historien le définit comme suit: «Le Rêve américain est ce rêve d’une terre dans laquelle l’existence serait meilleure, plus riche et remplie pour tout le monde, avec l’opportunité pour chacun d’y parvenir grâce à ses capacités ou ce qu’il a accompli. C’est un rêve difficile à réellement conceptualiser pour les classes supérieures européennes, mais également pour beaucoup d’entre nous qui sommes de plus en plus lassés et méfiants à son encontre. Il ne s’agit pas simplement d’un rêve d’automobiles ou de hauts salaires, mais c’est un rêve d’un ordre social qui permettra à chaque homme et à chaque femme de parvenir à ce qu’ils sont capables d’atteindre naturellement et à être reconnus par les autres pour ce qu’ils sont, indépendamment des circonstances fortuites de leur naissance ou de leur statut».
Si l’on est étonné par un certain pessimisme qui perce dans ce texte, n’oublions pas que James Adams Truslow définit le Rêve américain au moment où la Grande Dépression des années 1930 frappe le pays.
C’est pourquoi il tente de revitaliser l’espoir des Américains d’avoir une vie meilleure mais aussi c’est la raison pour laquelle il parle de lassitude et de méfiance vis-à-vis de cet espoir au moment où le chômage et la pauvreté font un retour fracassant et font douter beaucoup de ses compatriotes sur la capacité des Etats-Unis à repartir de l’avant.
Cette définition est la première mais est loin d’être la seule.
Toute une littérature s’est développée depuis avec, à chaque fois, des définitions propres, certaines étant même extrêmement détaillées et il faudrait un bon gros livre pour les compiler.
Pour autant, elles demeurent toutes centrées autour de cette vie meilleure.
Evidemment, le Rêve américain a également beaucoup de détracteurs qui affirment qu’il s’agit plutôt d’un cauchemar, jusqu’à ceux qui dénient sa réalité tout court.
Citons ainsi, le bon mot de l’humoriste George Carlin, «Ils appellent ça le Rêve américain parce que vous devez être endormis pour y croire».
William Burroughs, figure de la Beat generation, disait «merci au Rêve américain pour vulgariser et falsifier jusqu’à ce que les mensonges nus ne brillent».
Quand à l’écrivain britannique J. G. Ballard, il estimait que «le Rêve américain est tombé en panne. La voiture s’est arrêtée. Elle ne fournit plus au monde ses images, ses rêves et ses phantasmes. Fini. Elle fournit au monde ses cauchemars désormais».
On peut en conclure, comme l’historien Jim Cullen, que, «le Rêve américain n’aurait pas cette importance aussi forte ou mystique s’il était une évidente tromperie ou un principe démontrable scientifiquement. L’ambigüité est à la source même de son pouvoir mythique, surtout pour ceux qui le poursuivent, mais qui ne sont pas sûrs d’atteindre leurs buts».

Le rêve démocrate versus le rêve républicain
Si l’on voulait grossir les traits de l’opposition entre républicains et démocrates sur le Rêve américain, on pourrait dire que c’est le Tea Party contre Occupy Wall Street, ces deux mouvements extrémistes, le premier de droite et vaguement libertarien, le deuxième de gauche et teinté d’anarchisme libertaire, qui ont vu le jour durant la première présidence d’Obama.
Les divisions sur le Rêve américain se sont beaucoup radicalisées depuis l’an 2000 et l’arrivée à la Maison blanche de George W Bush.
L’affirmation de Barack Obama comme quoi «nous pouvons venir de différents endroits et avoir des histoires différentes, mais nous partageons des espoirs communs et un seul Rêve américain» semble plus s’appuyer sur une fiction que sur la réalité.
Pour les démocrates et les progressistes, le Rêve américain est celui qui permet à chacun de vivre une vie décente, de pouvoir faire vivre sa famille sans l’angoisse du lendemain et d’espérer que ses enfants, grâce à son travail et à l’éducation qu’ils reçoivent, pourront s’élever socialement et avoir un meilleur avenir que celui de leurs parents et que les enfants de leurs enfants aient, à leur tour également la même opportunité.
Dans ce cadre, le gouvernement a un rôle actif à jouer pour offrir cette opportunité à tous.
Pour les républicains et les conservateurs, le Rêve américain est celui qui offre l’opportunité, à celui qui en a les capacités et l’envie, de s’élever socialement sans entrave, sans rien devoir à personne, surtout pas au gouvernement qui ne doit pas intervenir en la matière, et qui a le droit, une fois fortune faite, de jouir de tout ce qu’il a récolté grâce à son travail.
Ces deux versions du Rêve américain peuvent très bien cohabiter en période d’abondance et de forte croissance comme ce fut le cas, par exemple, de la fin de la Deuxième guerre mondiale jusqu’au début dans années 1970.
Le prix Nobel d’économie, Paul Krugman, ardent défenseur du keynésianisme et éditorialiste à succès au New York Times, s’en rappelle avec nostalgie dans son ouvrage, paru en 2007, l’«Amérique que nous voulons» («The Conscience of a Liberal»).
En revanche, lorsque le pays se trouve dans une situation économique plus délicate, comme aujourd’hui, les deux rêves ne sont plus complémentaires, ils se confrontent.
C’est, soit l’un, soit l’autre.
Ou, en tout cas, c’est ce que prétendent les démocrates et les républicains.
L’antagonisme sur le Rêve américain entre les deux grands partis est une des expressions les plus vives de leurs oppositions idéologiques de plus en plus exacerbées.
Chacun des deux dénoncent dans le rêve de l’autre une perversion du «vrai» rêve qui est, bien évidemment, celui qu’il promeut.
Le Rêve américain ne serait donc plus cette vision collective qui guiderait la nation mais un enjeu idéologique et politique.
C’est la vision même de la fonction de la communauté américaine qui est en jeu. Pour les démocrates, ceux qui ont doivent aider ceux qui n’ont pas.
Pour les républicains, ceux qui ont n’ont aucune obligation en la matière autre que morale et, en ce qui concerne ceux qui n’ont pas, ils les voient plutôt comme «ceux qui n’ont pas encore»…
Du coup, ce n’est pas en leur donnant des aides, ces fameux «entitlements» («droit à») qu’ils s’en sortiront mais en leur donnant la même chance d’y parvenir («equality of opportunity») que les autres, rien de plus.


Sondages des sondages au 5 septembre 2016
L’écart entre Clinton et Trump se réduit

Clinton
Trump
Ecart
Election projection
46,5%
41,8%
Clinton 4,5
Five Thirty Eight (1)
41,8 %
38,8%
Clinton 3,0
Huffington Post
47,1%
41,7%
Clinton 5,4
New York Times
43,0%
40,0%
Clinton 3,0
Polltracker TPM
44,8%
43,4%
Clinton 1,4
Pure Polling
45,9%
41,2%
Clinton 4,7
Real Clear Politics
46,0%
42,1%
Clinton 3,9
270 to win (1) (2)
46,0%
41,8%
Clinton 4,2
(1) Prend en compte 3 candidatures (+ Gary Johnson – Libertarian party)
(2) Prend en compte un mois de sondage alors que les autres prennent
en compte autour de 15 jours de sondages


Alexandre Vatimbella

© 2016 LesNouveauxMondes.org