INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

vendredi 19 novembre 2010

Une semaine aux Etats-Unis. De la politique et… de la royauté!


Les Américains sont fiers de leur «révolution» qui fut plutôt une guerre d’indépendance face à l’Angleterre. Mais une guerre qui se fit contre les diktats iniques d’un roi et qui permit de fonder une démocratie, d’où la volonté d’y voir une révolution. Oui, mais voilà, comme partout ailleurs, une grande partie du peuple américain rêve par l’entremise de la vie de ceux que l’on appelle aujourd’hui les «people» et qui étaient autrefois les puissants et les riches. Du coup, les télévisions et les journaux, même les plus sérieux d’entre eux comme le New York Times, ont fait leurs gros titres avec le prochain mariage du prince William avec sa dulcinée, Kate Middleton… Pour autant, les people sont plus nombreux que les rois d’antan et certains sont de simples roturiers. Et les Américains pratiquent la dévotion pour quelques autres people dont, par exemple, la famille Kennedy. Reste que l’on ne peut qu’espérer qu’un jour les peuples s’émanciperont et que les individus vivront leurs vies directement et non par procuration. Mais il faudra, cette fois-ci, une vraie révolution!
En matière politique, les analystes en sont encore à essayer de trouver du sens aux élections de mi-mandat. Bien sûr, la première raison de la défaite de Barack Obama (et non de la défaire démocrate ou de la victoire républicaine qui n’en sont, toutes deux, que des conséquences) vient d’un chômage très élevé qui désespère le rêve américain. Mais les sondages continuent d’être complètement contradictoires et font ressortir, en gros, que l’on attend de Barack Obama qu’il donne du travail au peuple américain et que si les Américains ont élu en majorité des républicains à la Chambre des représentants, ils ne croient guère en leur possibilité de réellement changer les choses, ni même dans leur programme qui se résume à «faisons des économies et réduisons les déficits publics… tout en baissant les impôts»!. D’ailleurs, les Américains croient quasiment autant en leur capacité qu’en celle des démocrates qui pourtant ont pris une rouste. Sale temps pour les politiques…
Les Américains sont déboussolés par la situation économique de leur pays mais également par ce flot d’information qui dit tout et n’importe quoi avec des commentateurs et des analystes qui brouillent les messages au lieu d’essayer de les clarifier, de les simplifier et de les unifier. Mais, taux d’audience et recettes publicitaires obligent, la guerre des médias fait rage et dans cette guerre tous les coups sont permis, comme on le voit avec Fox News, pour attirer le chaland, Même les mensonges les plus grossiers. Sale temps pour le journalisme…
Toujours en matière politique, Nancy Pelosi a été réélue à la tête des représentants démocrates alors même que ceux-ci sont devenus minoritaires à la Chambre. Pas de sanction pour l’égérie des libéraux, élue de San Francisco. En revanche, le représentant démocrate de Harlem depuis quarante ans, Charles Rangel, sera, lui, sanctionné après avoir été reconnu coupable de manquements à l’éthique par ses pairs. Il devrait être rappelé à l’ordre en séance publique. Et - est-ce de la politique? - le premier épisode de la série réalité sur Sarah Palin a été diffusé avec un très fort taux d’écoute. Résultat, la «mama grizzli» de l’Alaska (où son protégé a été, en fin de compte, battu aux élections sénatoriales par son ennemie républicaine, Lisa Murkowski) se voit à la Maison Blanche dans deux ans. Elle a ainsi déclaré qu’elle se sentait tout à fait capable de battre Barack Obama aux prochaines présidentielles. Mais elle semble être la seule à la croire…
Le procès d’un terroriste présumé détenu à Guantanamo depuis plusieurs années devant une cour de New York a été un désaveu pour George W. Bush puisque sur les 298 charges qui pesaient sur lui, une seule a été retenue par les juges! Camouflet donc pour l’ancien président qui vient de publier ses mémoires et qui fanfaronne sans vergogne sur toutes les chaînes alors qu’il a quitté ses fonctions avec un taux de popularité des plus bas. Par ailleurs, il a expliqué avoir autorisé la torture après les attentats du 11 septembre et qu’il n’en avait aucun remord.
En matière économique, la croissance américaine s’essouffle et le chômage demeure important. Reste que General Motors, moribond il y a deux ans, a fait son retour à la Bourse de New York. Si le cours n’a pas bondi après le premier jour de cotation, il a tout de même progressé. Comme quoi, tout est possible au pays de l’Oncle Sam…
Alexandre Vatimbella
© 2010 LesNouveauxMondes.org