INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

samedi 4 décembre 2010

Une semaine aux Etats-Unis. Wikileaks, lundi noir à 1 milliard de dollars sur internet, «happy Christmas» versus «happy holidays»


La semaine aux Etats-Unis a été dominée par la publication des documents diplomatiques par le site internet Wikileaks. Ces divulgations ont semé une certaine zizanie à Washington même si les experts considèrent que les révélations n’en sont pas vraiment car elles ne concernent pas de vrais secrets mais plutôt la façon dont les diplomates perçoivent le monde. Cela n’a pas empêché certains élus républicains de la droite extrême de réclamer la peine de mort pour ceux qui ont fourni ces documents au controversé Julian Assange, un Australien qui n’aime manifestement pas les Etats-Unis et qui se prétend le défenseur de la démocratie et de la liberté de la presse. Mais, n’oublions pas que les lignes sont assez perméables puisque le très sérieux New York Times est partenaire du site Wikileaks dont il a publié les documents tout en se justifiant d’avoir voulu leur donner une explication. Reste que l’on a appris un certain nombre de choses sur, par exemple, les missiles iraniens qui peuvent atteindre l’Europe ou sur le piratage de Google par la Chine.
Les ventes de Noël ont été plus importantes cette année que ce soit dans les magasins ou par internet. Ainsi, après un «black friday» (le vendredi suivant Thanksgiving où les prix sont cassés) réussi dans les magasins à travers le pays, le «black Monday» sur internet a été la première journée à un milliard de dollars de vente sur la toile.
La réunion entre Barack Obama et les leaders démocrates et républicains au Congrès n’a rien donné, chacun campant sur ses positions comme prévu, et l’on voit mal comment une politique bipartisane va pouvoir se mettre en place dans les mois qui viennent. Un pourrissement de la situation et un blocage institutionnel ne sont pas à exclure pendant les deux ans qui viennent sans que l’on sache exactement qui en sera le vainqueur. On peut déjà penser qu’il sera très difficile à la session du Congrès qui va s’achever à la fin décembre (la session «lame duck» avec les anciens élus, notamment ceux qui ont été battus) de faire passer un certain nombre de législation dont les réductions d’impôt puisque les démocrates ne veulent les faire perdurer que pour la classe moyenne (ceux qui gagnent moins de 250.000 dollars par an) et les républicains veulent que tout le monde en profite, même les très riches. A ce propos, un certain nombre de milliardaires et de millionnaires sont montés au créneau en demandant à payer plus d’impôt afin de redistribuer une partie de l’argent qu’ils ont gagné au moment où le pays est dans une situation difficile. Un mouvement qui avait été initié par le milliardaire Warren Buffett.
Un des problèmes qui se poseront à Washington dans les mois à venir est de savoir où peut-on réduire les déficits. Une commission nommée par Barack Obama a récemment rendu ses conclusions et elles sont critiquées à la fois par les démocrates et les républicains car elles touchent leurs clientèles respectives… Pendant ce temps, le président américain a annoncé un gel des salaires des fonctionnaires fédéraux qui devrait rapporter deux milliards de dollars cette année et vingt-huit en 2011.
Autre problème, la loi «Don’t ask, don’t tell» concernant les homosexuels servant dans l’armée. On sait que Barack Obama veut la révocation de cette loi qui interdit aux homosexuels de déclarer leur préférence sexuelles (et aux autorités militaires de leur demander) et qui a été mise en place par Bill Clinton (ce qui était une avancée à l’époque). Les républicains sont contre arguant que cela créerait des problèmes dans les casernes. Mais un sondage vient d’indiquer que 70% des membres de l’armée sont pour la révocation de cette loi ce qui change la donne et devrait faire rebondir le débat.
L’église catholique de New York fait actuellement une campagne d’affichage pour rappeler que ce que l’on fête bientôt c’est Noël et la naissance du Christ. Il faut se rappeler que l’on ne dit plus «happy Christmas» aux Etats-Unis mais «happy holidays» afin d’être politiquement correct et de ne pas heurter les sensibilités de ceux qui ne sont pas chrétiens, qu’ils aient embrassé une autre religion ou qu’ils soient athéistes. A propos de ces derniers, ils ont contre-attaqué avec des affiches rappelant que Noël n’est que la transposition d’une fête païenne, la fête du solstice d’hiver, et que le Jésus n’était qu’un homme comme les autres…
Alexandre Vatimbella
© LesNouveauxMondes.org