INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

mercredi 30 mars 2011

Les Etats-Unis condamnés par l’OMC suite à une plainte du Brésil


L’OMC (Organisation mondiale du commerce) a jugé illégales les mesures antidumping américaines prises à l’encontre du jus d’orange brésilien. Suite à une plainte du Brésil, l’organisation internationale a estimé que la méthode utilisée par les Etats-Unis pour prendre des sanctions n’était pas acceptable.
Il s’agit en fait du «zeroing» qui permet de calculer si un produit est vendu en-dessous de son prix de revient grâce à des aides publiques. Néanmoins, le mode de calcul pose de nombreux problèmes que les Etats-Unis reconnaissent par ailleurs. Les autorités américaines ont déclaré que celui-ci n’était plus utilisé depuis 2006 dans la plupart des cas et qu’une réforme de la méthode était en cours.
De son côté, le gouvernement brésilien a dit espérer que les Etats-Unis se mettraient en conformité avec la décision de l’OMC et supprimerait les taxes frappant leur jus d’orange.
Alexis Levé
© 2011 LesNouveauxMondes.org

dimanche 27 mars 2011

Une semaine aux Etats-Unis. Les Américains pour l’intervention en Lybie / Budget: les Etats-Unis en cessation de paiement en avril?! / Geraldine Ferraro est décédée / Le nombre d’Hispaniques et d’Asiatiques a augmenté de 43% en 10 ans / A l’aéroport Reagan de Washington, le contrôleur aérien s’est endormi!


Si certains hommes politiques se sont emparés des bombardements sur la Lybie pour attaquer Barack Obama (on pense au leader républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, demandant des explications détaillées sur le sens de l’intervention et au fantasque représentant démocrate gauchiste de l’Ohio, Denis Kucinich, demandant, pas moins, la destitution du président!), les Américains, dans leur grande majorité (60% selon un sondage du Pew center) approuvent l’action décidée par la Maison blanche pour protéger la population lybienne et faire partir le dictateur sanguinaire, Kadhafi.

Y aura-t-il un budget fédéral au mois d’avril? Les démocrates l’espèrent et les républicains, pas seulement les ultras du Tea Party, souhaitent, de plus en plus, que ce ne sera pas le cas. Rappelons que le bras de fer entre une Maison blanche démocrate et une Chambre des représentants à majorité républicaine sur le budget a déjà eu lieu lors de la présidence de Bill Clinton. Ce dernier avait remporté le combat et le Parti républicain en avait payé le prix fort en étant battu à l’élection présidentielle suivante (avec la réélection de Clinton).
Cette fois-ci, les républicains pensent que les déficits importants des finances publiques américaines seront une justification suffisante aux yeux des électeurs. C’est un pari risqué parce que si aucun accord n’est trouvé sur le budget, des millions d’Américains (et pas seulement les fonctionnaires mais aussi, par exemple, tous ceux qui reçoivent une pension à un titre ou à un autre de l’Etat) n’auront pas leur chèque leur permettant de vivre. Et, pour eux, ce sera certainement ceux qui n’ont pas voulu voter le budget qui en seront les premiers responsables…

Geraldine Ferraro, l’ancienne représentante de Californie, est décédée récemment (sa famille n’a pas précisé le jour exact), à 75 ans. Elle est surtout connue pour avoir été la première femme sur un ticket présidentielle aux côtés de Walter Mondale, en 1984, comme candidate démocrate à la vice-présidence.
Mondale avait été battu sèchement par Ronald Reagan et certains ont estimé que son choix de Geraldine Ferraro était une tentative de donner plus d’éclat à sa candidature.
Reste qu’elle demeurera la première femme à avoir figuré sur un ticket présidentiel avant Sarah Palin en 2008. Et là aussi on estime que John McCain a voulu faire un coup médiatique en la choisissant pour être sa vice-présidente afin de donner plus de consistance à sa candidature surtout après l’élimination d’Hillary Clinton par Barack Obama, en tentant ainsi de capter le vote des femmes mécontentes de ne pas être représentées à l’élection présidentielle.

Les résultats du dernier recensement de la population américaine continuent à être publiés au fur et à mesure de l’analyse des données. Cette fois-ci, c’est le nombre de personnes s’affirmant hispaniques et asiatiques (on rappelle qu’aux Etats-Unis, ce sont les gens qui choisissent leurs origines ethniques, ainsi un blanc peut tout à fait se déclarer noir…) qui a retenue l’attention.
Le chiffre des hispaniques à bondi de 43% en dix ans pour atteindre quinze millions de personnes supplémentaires soit un total de 50,4 millions. Du coup, ils représentent désormais 16% de la population américaine contre 13% en 2000. Ils sont le deuxième groupe ethnique derrière les blancs et devant les noirs.
Quant aux Asiatiques, ils ont également augmenté de 43% sur la même période passant de 10,2 millions à 14,7 millions et représentant désormais 5% de la population totale du pays.

L’autre nuit, sur Washington, deux avions ont demandé à atterrir à l’aéroport de la ville, Ronald Reagan. Ils n’ont eu aucune réponse de la tour de contrôle. Ils ont réitéré leurs demandes plusieurs fois avant de se poser malgré tout en respectant strictement les consignes de sécurité.
Pourquoi personne ne leu avait répondu? Tout simplement parce que le seul contrôleur du ciel de la tour de contrôle s’était endormi! A sa décharge, il avait du faire des astreintes répétées. Reste que les médias se sont évidemment emparés de l’affaire en pointant avec justesse que la présence d’une seule personne dans un aéroport de l’importance de celui de la capitale américaine la nuit était incompréhensible.
L’humoriste Jay Leno s’en est moqué dans son émission Tonight Show sur NBC: mais dans quel petit aéroport de quelle petite ville, le seul contrôleur présent dans la tour de contrôle s’est endormi? a-t-il demandé avant de répondre: dans l’aéroport de Washington, la capitale fédérale!!

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

mercredi 23 mars 2011

Le yuan en hausse constante face au dollar ces dernières semaines

Hier, le cours du yuan face au dollar a été au plus haut depuis dix-sept ans (à 6,5559 yuans pour un dollar). Aujourd'hui, il est remonté quelque peu à 6,5607. Cette hausse est évidemment une bonne nouvelle pour tous ceux qui estiment que la monnaie chinoise est sous-évaluée par rapport à la devise américaine mais aussi par rapport à pratiquement toutes les autres monnaies mondiales.
Néanmoins, il faut relativiser cette appréciation. D'une part, elle est assez faible et d'autre part, comme c'est souvent le cas, pendant que le yuan montait face au dollar, il baissait face à l'euro.
De plus, les autorités politiques et monétaires chinoises ont encore une rappelé récemment qu'elles ne comptaient pas procéder à une réévaluation forte du yuan.
Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

mardi 22 mars 2011

Barack Obama compare le Brésil à l’Inde et à la Chine

On pouvait s’y attendre, Barack Obama a réitéré en visite officielle au Brésil et devant sa nouvelle présidente, Dilma Rousseff, tout le bien qu’il pensait du leader des pays d’Amérique latine. Il a ainsi salué «l'ascension extraordinaire du Brésil» qui «a attiré l'attention du monde» avec son économie qui est une de celles «qui connaît la plus forte croissance au monde» et qui «a sorti de la pauvreté des dizaines de millions» de personnes. Il a ajouté que les relations entre les deux pays devaient être «fondées sur l'intérêt et le respect mutuels»
Le Brésil et les Etats-Unis ont entamé un rapprochement spectaculaire depuis le départ du président Lula da Silva en 2010, dont la politique étrangère se voulait plus «tiersmondiste», privilégiant les relations Sud-Sud et les liens dans avec les autres membres du Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).
Si Washington a besoin de cette nouvelle puissance émergente pour solidifier un front antichinois, Brasilia a tout intérêt également à développer ses liens avec la première puissance mondiale. D’autant que la Chine n’est pas le partenaire économique idéal que le Brésil attendait.
Même si la balance commerciale entre les deux pays penche du côté brésilien, le terme des échanges est fortement déséquilibré. Le Brésil vend essentiellement ses matières premières à la Chine, alors que celle-ci inonde le premier de ses produits à bas prix, créant des difficultés aux entreprises brésiliennes sur leur marché national mais également sur le marché mondial où la monnaie brésilienne, le real, est surévaluée, et la monnaie chinoise, le yuan, notoirement sous-évaluée.
Les propos du président américain estimant que «le temps est venu pour les Etats-Unis de traiter nos rapports avec le Brésil sur des questions économiques aussi sérieusement que nous le faisons avec des pays comme la Chine et l'Inde» ont été bien accueillies par mes milieux patronaux. Mais aussi par le gouvernement brésilien qui souhaite développer ses relations avec les Etats-Unis. Dilma Rousseff a déclaré que le Brésil veut devenir «un partenaire très important des Etats-Unis».
Bien évidemment, Barack Obama voit également dans le Brésil un marché en croissance rapide qui pourrait permettre aux entreprises américaines d’exporter plus. «Nous augmentons le commerce et les investissements pour créer des emplois dans nos deux pays. Le Brésil est déjà l'un de nos plus importants partenaires commerciaux, mais nous pouvons faire encore beaucoup plus»», a-t-il expliqué comme une des raisons de son déplacement.
Des accords commerciaux ont été signés lors de cette visite, afin notamment de faciliter les investissements mutuels.
Les Etats-Unis sont le deuxième partenaire commercial du Brésil derrière la Chine.
Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

dimanche 20 mars 2011

Une semaine aux Etats-Unis. Les Asiatiques en forte progression en Californie / Hillary Clinton ne rempilera pas en 2013 / Internet préféré à la presse écrite par les Américains / Les républicains sont-ils en train de préparer leur défaite en 2012 / L’université de l’Arizona ouvre un «Civility Institute» pour promouvoir un débat politique apaisé


Le groupe ethnique qui a le plus progressé en Californie, l’Etat le plus grand de l’Union, n’est pas celui des Latinos mais des Asiatiques comme l’a annoncé le bureau des statistiques. En dix ans, le nombre des asiatiques dans le Golden State a augmenté de 31,5% ce qui donne à peu près cinq millions de personnes soit plus que la population de n’importe quelle ville des Etats-Unis sauf New York. Cela représente également un chiffre plus élevé de que celui de la population de vingt-huit Etats…

Hillary Clinton ne sera pas secrétaire d’Etat de Barack Obama s’il fait un deuxième mandat après les élections présidentielles de 2012. De même, elle ne sera ni candidate à la présidentielle, ni au poste de vice-présidente ou encore à celui de secrétaire à la Défense. Telle est la déclaration qu’elle a faite à nouveau il y a quelques jours sur la chaîne CNN.
Pour ceux qui sont déçus ou qui croient à ce genre d’engagement, rappelons qu’ils ne valent qu’au moment où ils sont faits. En matière politique, tout change très vite…

C’était une évolution normale et attendue. Les Américains lisent plus les informations sur leurs ordinateurs que dans les pages des journaux et des magazines selon les résultats de l’enquête annuelle du Pew projet for excellence in journalism. Et, conséquence de ce passage de témoin, les recettes publicitaires du web ont dépassé celle de la presse écrite (25,8 milliards de dollars contre 22,8 milliards de dollars). La télévision demeure numéro un, notamment grâce aux télévisions locales. Mais, n’oublions pas, ce sont les sites de ces mêmes journaux et magazines qui sont le plus visités sur le net, notamment celui du New York Times.
Ce dernier va d’ailleurs (re)devenir en partie payant dans les semaines à venir. Tous les professionnels de la presse scrutent avec intérêt ce nouveau passage au payant. Car le plus célèbre quotidien du monde a déjà tenté de faire payer les internautes qui voulaient lire les éditoriaux de ses personnalités. Ce fut un fiasco. Le nouveau modèle adopté consiste à faire payer au-delà de la lecture de vingt articles par mois.
Reste qu’il est bon de savoir que tous les journaux qui ont décidé de faire payer leurs sites ont perdu un nombre considérable de visiteurs. Il en a été ainsi du Times de Londres qui a vu s’évaporer plus de 70% de ceux-ci. Et il n’est pas sûr que ce qu’il a gagné par les abonnements ait compensé ce qu’il a perdu en recettes publicitaires. C’est en tout cas le constat qu’avait fait, à l’époque, le New York Times…
Pour autant, il est primordial pour la presse de trouver un moyen de faire payer l’information. Celle-ci n’est pas gratuite à collecter, à compiler et à publier. Que ce soit par la publicité ou par les lecteurs, il faut de l’argent.

Comment déplacer plus de manifestants contre vous que lors de la guerre du Vietnam? Les républicains ont trouvé la réponse avec leur loi dans l’Etat du Wisconsin qui ne reconnaît plus le rôle des syndicats dans les négociations avec les pouvoirs publics.
Du coup, 100.000 personnes ont manifesté contre cette loi qui mécontent 42% des Américains (seuls 31% lui sont favorables). Et voilà que les républicains modérés commencent à prendre peur de ces conservateurs ultras qui sont en train de montrer leur vrai visage d’intolérance aux Américains. Et voilà que les démocrates voient l’avenir un peu plus doux…

L’université d’Arizona (Etat dans lequel une tuerie a eu lieu il y a quelques semaines lors d’un meeting d’une représentante démocrate de l’Etat, Gabrielle Giffords) a décidé de créer un Institut des «civilités» dont le rôle sera de promouvoir un débat digne, tolérant et respectueux en matière politique afin d’éviter que les confrontations de plus en plus violentes des discours ne débouchent sur des actes criminels d’individus à l’esprit plus ou moins dérangé.
Cette belle initiative suit le discours remarqué de Barack Obama sur le besoin de consensus dans le pays lors de sa venue sur les lieux du drame, à Tucson.
Les présidents d’honneur de cet institut seront les deux anciens présidents des Etats-Unis, Bill Clinton et George H.W. Bush, son prédécesseur, deux personnalités politiques connues pour leur volonté d’établir des relations apaisées entre les démocrates et les républicains.

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

samedi 12 mars 2011

Une semaine aux Etats-Unis. Barack Obama offre son aide au Japon, condamne Kadhafi et critique les réductions budgétaires des républicains /La peine de mort abolie dans l’Illinois / Michelle Obama, personnalité politique préférée des Américains / Oprah network ne décolle toujours pas, au contraire / Subway détrône Mac Donald’s / Charlie Sheen, l’alcool, la drogue, le sexe et sa série télévisée


Lors d’une conférence de presse, Barack Obama s’est montré très affecté par le tremblement de terre qui a touché le Japon, le plus puissant depuis 140 ans dans l’archipel, et par le tsunami qui a suivi tuant un nombre très importants de personnes (on parle de milliers de morts). Il a offert son aide au gouvernement japonais, notamment par le biais des nombreux soldats américains encore présent sur le sol nippon.
En revanche, il a, à nouveau et sans surprise condamné le régime du colonel Kadhafi en Lybie qui tue son peuple pour s’accrocher au pouvoir. Néanmoins, aucune mesure effective (à part le gel des avoirs lybiens aux Etats-Unis) n’a été prise par son Administration. Ce que beaucoup lui reproche. Mais il faut comprendre le dilemme d’Obama. S’il intervient, on parlera encore et encore de l’impérialisme américain et d’une démocratie imposée par l’Occident (sous-entendu, illégitime). S’il n’intervient pas, on parlera de sa démission criminelle en n’aidant pas un peuple qui lutte pour sa liberté alors que les Etats-Unis se sont toujours targués d’être des guides actifs de tous ceux qui voulaient la conquérir. Du coup, le voilà dans une position attentiste qui ne le satisfait certainement pas.
Toujours lors de cette conférence, il a critiqué les plans de réduction des dépenses publiques voulus par les républicains au niveau fédéral et au niveau des Etats, les accusant de s’attaquer à tout ce qui représente le futur des Etats-Unis, de la recherche et de l’innovation au système éducatif. Des domaines qui sont, en plus, prioritaires pour le président depuis toujours.

Le gouverneur démocrate de l’Illinois, le démocrate Pat Quinn, a pris une décision historique et saluée par les humanistes comme il se doit. Il a signé le décret d’abolition de la peine de mort dans son Etat après que le Congrès de celui-ci l’ait votée. Il faut se rappeler qu’au moins vingt innocents répertoriés ont été condamnés à la peine de mort et exécutés au cours des dernières décennies par un système judiciaire aux dysfonctionnements connus depuis longtemps. Rappelons également que la peine de mort n’était plus appliquée dans l’Etat depuis qu’il y a quelques années le gouverneur d’alors, un républicain, s’était aperçu du nombre monstrueux d’erreurs judicaires qui avaient conduit à l’exécution de ces innocents. Il y a désormais seize Etats qui ne pratiquent pas la peine de mort.

Michelle Obama, la femme du président, est la personnalité politique préférée des Américains devant l’inusable Bill Clinton. Ce qui est plus surprenant est de trouver, en troisième position, Bill Christie, le gouverneur du New Jersey, républicain conservateur qui fait la chasse au soi-disant gaspillage des finances publiques de son Etat (un des plus corrompus et mal géré, traditionnellement démocrate) mais qui déborde largement de cet objectif pour des motifs purement idéologiques, juste devant le mari de la numéro un…

Deux mois et toujours aussi peu de téléspectateurs, la chaîne de télévision de la reine du talk-show, Oprah Winfrey, OWN (Oprah Winfrey Network) attire vraiment peu de monde. Pire, les femmes y sont minoritaires alors que la chaîne leur est prioritairement destinée. De même, le taux d’audience est pratiquement le même que la chaîne de documentaires qui occupait la fréquence auparavant et qui avait été jugée pas assez rentable… Mais Oprah Winfrey et ses associés ont remis de l’argent frais pour de nouveaux programmes et demeurent optimistes. Réponse, sans doute, à la fin de l’année, pour savoir s’ils ont raison de l’être.

C’est historique… ou presque. Le nombre de restaurants Subway dans le monde a dépassé ceux de Mac Donald’s et la marque s’impose comme la première dans l’univers du fast-food. Mais seulement en nombre de restaurants. Car en terme de chiffre d’affaire, c’est Mac Donald’s qui continue à faire la course largement en tête. Il faut dire que la stratégie du propriétaire de Subway est de privilégier les franchises (alors que Mac Donald’s privilégie la propriété de ses restaurants) et d’en inonder la planète comme on peut s’en apercevoir dans les grandes villes où les restaurants Subway se côtoient souvent a proximité les uns des autres. On verra qu’elle est la bonne stratégie dans les années à venir.

Charlie Sheen s’est fait viré de sa série «Two and half men» («Oncle Charlie» en France… cherchez l’erreur!). Warner Bros, le producteur a décidé, en accord avec le créateur de la série, Chuck Lorre, et le diffuseur, CBS, de mettre un terme au contrat qui le liait à l’acteur sulfureux pendant encore une saison et demi. Ce dernier a rétorqué que la série était morte car il n’y avait que lui pour donner du relief à une sitcom sans intérêt… Tout va maintenant être une affaire de gros sous puisque Charlie Sheen, alcoolique notoire, cocaïnomane connu, «sex addict» au dernier degré et auteur de violences domestiques sur ses anciennes compagnes gagnait deux millions de dollars par épisode et qu’il entend se faire payer des sommes restantes. Tout cela ferait une excellente histoire pour Hollywood. Oups! ça se passe déjà là-bas…

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

dimanche 6 mars 2011

La semaine de la mondialisation. Pour le FMI, l’inflation devient la préoccupation principale / Le chômage baisse aux Etats-Unis / La Chine s’inquiète du bonheur de sa population / Baisse des ventes d’armes prévues dans le monde mais pas en Russie


L’inflation devient l’ennemi numéro un des économies du monde entier. Elle touche essentiellement les pays émergents actuellement mais des tendances inflationnistes se font jour un peu partout. L’Europe n’est nullement à l’abri comme l’a déclaré le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet.
Le FMI (Fonds monétaire international) s’inquiète de cette hausse des prix qui touche principalement les pays émergents qui débordent des matières premières et de l’alimentation. Selon le directeur général adjoint de l’organisation financière internationale, Naoyuki Shinohara, «les prix à la fois des matières premières pétrolières et non pétrolières ont considérablement augmenté en 2010. (…) La pression à la hausse devrait selon nos prévisions persister en 2011. (…) L'accélération de l'inflation des prix à la consommation dans les économies émergentes en 2010 était partiellement attribuable à la hausse des prix de l'alimentation. Mais l'accès récent d'inflation dans l'alimentation a persisté et commence à se répercuter dans l'inflation globale dans un certain nombre d'économies émergentes».

Bonne nouvelle pour les Etats-Unis et leur président, Barack Obama, le chômage a baissé au cours du mois de février. Ainsi, l'économie américaine a créée 192.000 emplois non-agricoles en février (en même temps, le nombre a été révisé à la hausse pour janvier avec 63.000 créations d'emplois au lieu de 36.000 annoncés initialement). Du coup, le taux de chômage est passé pour la première fois depuis deux ans, sous la barre des 9% (à 8,9%).
Le secteur privé a créé 222.000 emplois notamment dans le bâtiment, le secteur manufacturier, les services, la santé et les transports. A l’opposé, le secteur public continue à en perdre (30.000 en février et 360.000 depuis septembre).
Il faudra bien sûr que cette tendance se confirme avant de pouvoir en conclure que la baisse persistera et accompagnera durablement la croissance économique.

Nouvelle priorité du gouvernement chinois, le bien-être de la population. Tel est le mot d’ordre que veut faire passer le Premier ministre Wen Jiabao auprès de tous les responsables du Parti communiste et de l’Etat.
Ainsi, les autorités chinoises ont décidé d’accroître les dépenses sociales tout en tentant de limiter l’inflation. De même, l’augmentation des revenus des classes sociales les moins favorisées, ouvriers, agriculteurs et retraités, est une priorité ainsi qu’une limitation de celle des cadres et un alourdissement de la fiscalité sur l’immobilier de luxe.
Pour Wen Jiabao, «le bien-être de la population, ont un impact sur l'intérêt général et affectent la stabilité sociale. (…) Nous devons faire de l'amélioration des conditions de vie de la population un pivot, combinant réformes, développement et stabilité».

La disparition de quelques dictateurs pourrait être difficile pour les marchands d’armes qui perdent ainsi certains de leurs meilleurs clients… Voilà donc une bonne nouvelle qui nous vient du vent de révolte dans les pays arabes.
Pendant ce temps, la Russie a décidé de moderniser son armée dans les dix ans à venir. La facture sera élevée, 474 milliards d'euros, avec la construction de huit sous-marins nucléaires, l'achat de plus de 600 avions et un millier d'hélicoptères, entre autres.

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

Une semaine aux Etats-Unis. Pour la Cour Suprême, l’insulte à des soldats mrots fait partie de la liberté de parole … / Les Etats pourront avoir leur propre loi d’assurance santé à partir de 2014 / L’assassin de Robert Kennedy restera en prison / Wisconsin: les Américains plutôt en faveur du mouvement de résistance des fonctionnaires / Bob Dylan, trop subversif pour la Chine? / Y aura-t-il du football américain cette année? / GAP ouvre son premier magasin au Japon avec Avril Lavigne


La Cour suprême des Etats-Unis par huit voix contre une a rappelé le droit imprescriptible et illimité à la liberté de parole même quand il s’agit d’insulter la mémoire de soldats morts en Irak ou en Afghanistan ou, pire encore, pour tous ceux qui ont péri lors des attentats du 11 septembre.
Explications. Une église baptiste de l’Arkansas s’est fait une spécialité d’expliquer au peuple américain que tout ce qui arrivait de mal aux Etats-Unis était une punition de Dieu pour ne pas respecter ses commandements comme, par exemple, de ne pas tuer.
Donc, tous les soldats tués à la guerre ne sont que les victimes des péchés de l’Amérique. Tout comme le fut le 11 septembre. Néanmoins, dans l’ignominie d’une pseudo-colère de Dieu, ces fanatiques religieux remercient les terroristes pour leurs tueries et en redemandent, ce qui est peu chrétien tout de même! Deux exemples des pancartes brandies lors des funérailles de jeunes soldats: «Merci Dieu pour les soldats morts», «Merci Dieu pour le 11 septembre». Sans commentaire.

Barack Obama a décidé de laisser aux Etats la possibilité de faire leur propre loi d’assurance santé à partir de 2014 si celle-ci était aussi protectrice que la loi fédérale votée l’année dernière et qu’elle coûtait moins cher. Il a ainsi expliqué aux gouverneurs que «Si votre Etat peut créer un plan qui couvre autant de gens, de manière aussi abordable et complète sans augmenter le déficit, vous pouvez appliquer ce plan. Nous vous aiderons à le faire. Je l'ai déjà dit, je ne crois pas qu'un seul parti ait le monopole des bonnes idées. Et je me battrai pour tout ce qui peut fonctionner, d'où que cela vienne».
Une déclaration habile car les républicains hostiles à sa réforme sur la santé sont mis au pied du mur. Ils ont clamé haut et fort que l’on pouvait assurer autant d’Américains mais à moindre coût. Ils n’ont jamais expliqué comment. Barack Obama leur demande de lui montrer le mode d’emploi…

Shiran Shiran dit ne plus se rappeler ce qui s’est passé il y a bientôt 43 ans, lorsqu’il a tué Robert Kennedy dans un hôtel de Los Angeles après un meeting où ce dernier venait de fêter sa victoire aux primaires démocrates de Californie pour la présidentielle de 1968. Condamné à la prison à vie après avoir expliqué confusément qu’il entendait protester contre la politique américaine vis-à-vis des palestiniens, il a fait douze demandes de mise en liberté surveillée. La treizième vient d’être refusée… A noter que Charles Manson, le monstre illuminé qui a assassiné avec sauvagerie en compagnie de ses disciples fanatisés plusieurs personnes dont la femme enceinte de Roman Polanski il y a quelques décennies veut lui aussi bénéficier d’une telle mesure selon son avocat. Un reportage récent le montrait en prison, toujours aussi fou…

Le bras de fer entre les gouverneurs républicains et les syndicats de fonctionnaires, les premiers voulant empêcher les derniers de pouvoir négocier avec les autorités (ce qui est pourtant l’essence même d’un syndicat…), et qui trouve son paroxysme dans le Wisconsin, intéresse beaucoup les Américains. Et ceux-ci, même s’ils sont pour des coupes budgétaires, sont plutôt à défendre les fonctionnaires sur ce coup-là estimant qu’on leur dénie leurs droits.
Néanmoins, le problème, qui se pose dans tous les pays du monde, mérite réflexion. C’est vrai que les fonctionnaires ont la sécurité de l’emploi. C’est vrai aussi qu’ils gagnent moins bien leur vie que dans le privé. Du coup, cet équilibre permettait de donner des avantages tout en limitant les salaires. Mais, aujourd’hui, la crise des finances publiques dans le monde entier et, notamment, aux Etats-Unis et, en particulier, dans certains Etats de l’Union très endettés pose la question de la soutenabilité de ce système.
Doit-on pour autant les fonctionnaires de pouvoir négocier leurs droits?

Bob Dylan ira-t-il enfin en Chine ou est-il définitivement trop subversif pour les caciques du parti communiste local? Il semble que les autorités sont prêtes à le lui permettre afin qu’il donne deux concerts, l’un à Pékin et l’autre à Shanghai. Le tourneur de l’icône américaine dit que tout est réglé. D’autres disent que rien n’est encore définitif. Ce qui fait peur aux autocrates chinois? Une chanson en particulier qui résume bien leur passéisme: «The Times They Are Aa-Changin»… Un hymne pour toutes les jeunesses du monde.

Avril Lavigne a inauguré le premier magasin Gap à ouvrir au Japon. La marque américaine créée à San Francisco espère ouvrir onze nouvelles boutiques dans un pays où elle était jusqu’à présent absente. A noter que la chanteuse canadienne y a présenté son nouvel album.

Y aura-t-il un championnat de football américain cette année? Les discussions entre les propriétaires des franchises (c’est-à-dire des clubs) et les représentants des joueurs sont au point mort sur le renouvèlement de la convention collective. Les propriétaires menacent d’un lock out si un accord n’est pas trouvé, ce qui ne permettrait pas à la saison des transferts d’ouvrir et empêcherait la prochaine saison de se dérouler. Un cauchemar pour de nombreux américains qui sont néanmoins habitué à ces bras de fer qui ont déjà eu comme conséquence l’annulation de championnats comme dans le baseball, par exemple.

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org