INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

dimanche 20 mars 2011

Une semaine aux Etats-Unis. Les Asiatiques en forte progression en Californie / Hillary Clinton ne rempilera pas en 2013 / Internet préféré à la presse écrite par les Américains / Les républicains sont-ils en train de préparer leur défaite en 2012 / L’université de l’Arizona ouvre un «Civility Institute» pour promouvoir un débat politique apaisé


Le groupe ethnique qui a le plus progressé en Californie, l’Etat le plus grand de l’Union, n’est pas celui des Latinos mais des Asiatiques comme l’a annoncé le bureau des statistiques. En dix ans, le nombre des asiatiques dans le Golden State a augmenté de 31,5% ce qui donne à peu près cinq millions de personnes soit plus que la population de n’importe quelle ville des Etats-Unis sauf New York. Cela représente également un chiffre plus élevé de que celui de la population de vingt-huit Etats…

Hillary Clinton ne sera pas secrétaire d’Etat de Barack Obama s’il fait un deuxième mandat après les élections présidentielles de 2012. De même, elle ne sera ni candidate à la présidentielle, ni au poste de vice-présidente ou encore à celui de secrétaire à la Défense. Telle est la déclaration qu’elle a faite à nouveau il y a quelques jours sur la chaîne CNN.
Pour ceux qui sont déçus ou qui croient à ce genre d’engagement, rappelons qu’ils ne valent qu’au moment où ils sont faits. En matière politique, tout change très vite…

C’était une évolution normale et attendue. Les Américains lisent plus les informations sur leurs ordinateurs que dans les pages des journaux et des magazines selon les résultats de l’enquête annuelle du Pew projet for excellence in journalism. Et, conséquence de ce passage de témoin, les recettes publicitaires du web ont dépassé celle de la presse écrite (25,8 milliards de dollars contre 22,8 milliards de dollars). La télévision demeure numéro un, notamment grâce aux télévisions locales. Mais, n’oublions pas, ce sont les sites de ces mêmes journaux et magazines qui sont le plus visités sur le net, notamment celui du New York Times.
Ce dernier va d’ailleurs (re)devenir en partie payant dans les semaines à venir. Tous les professionnels de la presse scrutent avec intérêt ce nouveau passage au payant. Car le plus célèbre quotidien du monde a déjà tenté de faire payer les internautes qui voulaient lire les éditoriaux de ses personnalités. Ce fut un fiasco. Le nouveau modèle adopté consiste à faire payer au-delà de la lecture de vingt articles par mois.
Reste qu’il est bon de savoir que tous les journaux qui ont décidé de faire payer leurs sites ont perdu un nombre considérable de visiteurs. Il en a été ainsi du Times de Londres qui a vu s’évaporer plus de 70% de ceux-ci. Et il n’est pas sûr que ce qu’il a gagné par les abonnements ait compensé ce qu’il a perdu en recettes publicitaires. C’est en tout cas le constat qu’avait fait, à l’époque, le New York Times…
Pour autant, il est primordial pour la presse de trouver un moyen de faire payer l’information. Celle-ci n’est pas gratuite à collecter, à compiler et à publier. Que ce soit par la publicité ou par les lecteurs, il faut de l’argent.

Comment déplacer plus de manifestants contre vous que lors de la guerre du Vietnam? Les républicains ont trouvé la réponse avec leur loi dans l’Etat du Wisconsin qui ne reconnaît plus le rôle des syndicats dans les négociations avec les pouvoirs publics.
Du coup, 100.000 personnes ont manifesté contre cette loi qui mécontent 42% des Américains (seuls 31% lui sont favorables). Et voilà que les républicains modérés commencent à prendre peur de ces conservateurs ultras qui sont en train de montrer leur vrai visage d’intolérance aux Américains. Et voilà que les démocrates voient l’avenir un peu plus doux…

L’université d’Arizona (Etat dans lequel une tuerie a eu lieu il y a quelques semaines lors d’un meeting d’une représentante démocrate de l’Etat, Gabrielle Giffords) a décidé de créer un Institut des «civilités» dont le rôle sera de promouvoir un débat digne, tolérant et respectueux en matière politique afin d’éviter que les confrontations de plus en plus violentes des discours ne débouchent sur des actes criminels d’individus à l’esprit plus ou moins dérangé.
Cette belle initiative suit le discours remarqué de Barack Obama sur le besoin de consensus dans le pays lors de sa venue sur les lieux du drame, à Tucson.
Les présidents d’honneur de cet institut seront les deux anciens présidents des Etats-Unis, Bill Clinton et George H.W. Bush, son prédécesseur, deux personnalités politiques connues pour leur volonté d’établir des relations apaisées entre les démocrates et les républicains.

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org