INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

dimanche 8 mai 2011

Une Semaine aux Etats-Unis. Les Etats-Unis éliminent avec fierté Ben Laden / L’économie crée plus d’emplois que prévu / Les Américains, peu au fait de la réalité des inégalités sociales, veulent plus d’égalité


Le 11 septembre 2001 et les jours suivants, cela faisait longtemps, depuis l’assassinat de John Kennedy, que les télévisions et les radios n’avaient consacré ;la totalité de leurs informations qu’à la couverture d’un seul événement, les attaques terroristes d’Al-Qaida. Et le 1er mai, la couverture de ces mêmes médias été uniquement consacrés à la mort du responsable de ces attaques.
C’est dire si l’événement avait du sens pour eux. Car, les Américains sont fiers d’avoir ont tué Ben Laden. Ben Laden, l’homme honni et à l’origine  de la destruction du World trade center le 11 septembre 2001. L’homme qui a fait près de 3.000 morts aux Etats-Unis et dont les agissements ont causé des milliers et des milliers de victimes à travers le monde, a donc été éliminé par les commandos de marine dans une opération modèle du genre.
Une mort qui est à mettre au crédit de Barack Obama pour l’ensemble des médias américains car il a consacré des moyens importants à la traque du terroriste saoudien ainsi que la volonté d’aller jusqu’au bout. Ainsi, il a pris la décision finale d’intervenir qui était très risquée politiquement. Car si celle-ci avait échoué, il aurait été comparé à un perdant faible comme le fut Jimmy Carter lors du fiasco de l’intervention armée pour libérer les otages de l’ambassade d’Iran en 1980.
Ce qui est certain, c’est que la cote de popularité du président a bondi même si cela ne veut pas dire qu’elle demeurera élevée jusqu’à la prochaine présidentielle de 2012. Néanmoins, devant la pauvreté actuelle des candidatures de l’opposition républicaine, Barack Obama a marqué un avantage supplémentaire.
Un point intéressant et pas assez relevé dans la presse a été les lapsus de nombreux journalistes qui ont annoncé la mort d’«Obama Bin Laden»! Il faut se rappeler qu’une des attaques les plus dures des républicains et de leur frange extrémiste a été de prétendre, non seulement, qu’Obama était un musulman mais que son nom ressemblait fort au prénom de Ben Laden (Bin Laden pour les Américains). Un rapprochement qui n’était évidemment pas anodin.
Or, le fait que ce soit Obama qui ait permis l’élimination d’Osama est une sacré victoire pour le président sur ses détracteurs les plus durs (le titre d’un des articles du magazine Time est «Obama 1, Osama 0»). En en attendant d’autres, bien sûr…

Il est encore difficile de dire si l’économie américaine est vraiment sortie de la crise. Les informations sont contradictoires. La croissance est moins élevée que prévue mais l’activité semble malgré tout assez soutenue. Les derniers chiffres de l’emploi résument bien cela. D’une part, le taux de chômage a légèrement augmenté, de 8,8% en mars à 9% en avril, mais, dans le même temps, l’économie américaine a créé plus d’emplois que prévus (268.000 et, tous, dans le secteur privé, ce qui fait un solde positif de 244.000)…
Ces chiffres ont quelque peu désorienté les experts mais, bonne nouvelle, tous les spéculateurs également. Du coup, les prix de certaines matières premières qui avaient grimpé de manière indécente, comme le pétrole, l’or et l’argent, en autres, ont connu des baisses drastiques en quelques heures (30% pour l’argent, par exemple).
Pour les spécialistes des marchés des matières premières, il s’agit peut-être d’un coup d’arrêt à cette spéculation et aux hausses pour un bon bout de temps.

L’American Dream qui est une composante essentielle de l’imaginaire des Etats-Unis, celui qui permet à tous de pouvoir réaliser son rêve et devenir quelqu’un par la force de son travail et de sa volonté ainsi que de ses rêves, est, depuis des décennies plus un fantasme qu’une réalité.
Les études montrent que le pourcentage de pauvres qui sen sortent est bien moins important que cela tandis que les riches continuent à s’enrichir. Il faut dire que les aides aux plus démunis sont en forte baisse alors que les mesures protégeant le patrimoine des riches connaissent le phénomène inverse. Du coup, les héritiers surpassent de loin les fameux «self-made men».
Cette réalité est peu connue de la population elle-même comme le montrent des études. Ainsi, alors que les 20% les plus riches possèdent 84% de la richesse nationale, les sondages montrent que les Américains évaluent ce chiffre à 59%.
Mais ce qui est intéressant au pays de l’individualisme-roi où l’on prétend souvent que la population estime que celui qui ne réussit pas, c’est celui qui ne le veut pas, c’est que ces mêmes études révèlent qu’une majorité d’Américains, même chez les plus riches et les électeurs républicains, souhaitent une meilleure redistribution des richesses (ils voudraient, par exemple, que les 20% les plus riches ne puissent posséder plus de 32% de toutes les richesses).

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org