INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

dimanche 26 juin 2011

Une semaine aux Etats-Unis. Retrait total d’Afghanistan en 2014 / 3 électeurs sur 10 sûrs de voter pour Obama en 2012 / Jon Huntsman nouveau candidat républicain et… mormon / l’Etat de New York approuve le mariage homosexuel / l’incivilité progresse aux Etats-Unis / La Chine réconcilie malgré elle Américains et Vietnamiens! / Arrestation de Whitey Bulger après… 16 ans de cavale / Décès de Clarence Clemons, le saxophoniste de Springsteen


Barack Obama a décidé et annoncé la fin du retrait total des troupes américaines d’Afghanistan en 2014 avec début du retour de premiers contingents de soldats cette année. Une décision qui n’a pas fait très plaisir aux militaires qui auraient voulu pouvoir continuer leur nouveau plan d’action décidée l’année dernière et calqué sur le «surge» irakien. Un plan qui tarde, malgré tout, à donner des résultats très probants.
Oui, mais voilà, les élections présidentielles de 2012 arrivent à grands pas et Barack Obama se devait de faire un geste fort car cette guerre est de moins en moins populaire d’autant que personne n’en voit le bout. Il s’agit déjà de la plus longue guerre dans laquelle les Etats-Unis ont été impliqués (rappelons qu’elle a eu lieu en rétorsion des attentats du 11 septembre puisque Ben Laden vivait en Afghanistan, hébergé par les Talibans alors au pouvoir).
Reste que les promesses de retrait définitif d’Obama n’engagent rien d’autre que sa crédibilité politique et que 2014 est encore loin. Il peut se passer beaucoup de choses, dont des événements qui viendraient en opposition à celui-ci.
En attendant, les Américains recherchent désespérément des Talibans modérés avec qui ils pourraient discuter de l’avenir d’un pays en paix. Sans se rendre compte que Talibans et modérés est un oxymore et que, malheureusement, Afghanistan et paix n’est pas loin d’en être un autre…

Si trois électeurs sur dix, selon un sondage du Pew research center, sont sûrs de voter pour Barack Obama lors des présidentielles de 2012, il en reste sept à convaincre!
Plus sérieusement, les analystes estiment que les chances du président de se faire réélire sont grandes. Elles le sont d’autant plus que son adversaire républicain potentiel sera choisi parmi la liste des candidats à la candidature qui ne cesse de s’allonger mais où l’on ne voit guère de personnalités assez crédibles pour inquiéter Obama.
Dernier en date à se déclarer, Jon Huntsman dont la particularité, outre ses anciens mandats électifs en tant que républicain, a été d’être l’ambassadeur des Etats-Unis en Chine de 2009 à 2011, nommé par… Barack Obama!
Même s’il s’agit d’un homme politique séduisant et compétent, il a trois handicaps forts: le premier est qu’il est un total inconnu du grand public à un an de l’échéance; le deuxième est qu’il est un modéré, ce qui n’est guère prisé ces temps-ci du côté des républicains; troisièmement, il est, comme Mitt Romney, l’ancien gouverneur du Massachussetts et favori actuel, un mormon. Or, 30% des Américains déclarent qu’ils ne voteront jamais pour un candidat de cette secte. Plus inquiétant, de très nombreux évangélistes républicains estiment que les mormons ne sont pas des chrétiens.
Mais Jon Huntsman pourrait en fait préparer sa candidature pour 2016 avec un tour de chauffe l’année prochaine.

L’Etat de New York est le sixième de la fédération à autoriser le mariage entre homosexuels. C’est aussi le plus grand Etats de l’Union à le faire jusqu’à présent. Tout cela a été célébré par la communauté gay à Greenwich village à New York City. Le gouverneur, Mario Cuomo, a déjà signé la loi qui vient juste d’être votée par le Congrès de l’Etat. Elle entrera donc en vigueur dans soixante jours.
A noter que, comme d’habitude, ce sont les Etats des côtes Est et Ouest qui prennent ce genre de décision libérales. Mais, il faut se souvenir que la Californie, tout aussi impliquée dans la question avec une forte communauté gay (San Francisco fut la première grande ville dirigée par un gay ayant fait son coming out), a rejeté cette mesure lors d’un référendum en 2008.

Selon les Américains, l’incivilité progresse partout dans le pays, que ce soit dans la politique (en tête) ou dans la population. Il faut dire que les problèmes économiques, notamment le chômage, ne sont pas propices à une société bien dans sa peau et apaisée. Mais ce sont sans doute les politiciens ultras de chaque bord qui ont montré la voie, notamment ceux de l’extrême-droite du mouvement populiste du Tea Party qui n’ont pas cessé d’insulter le président Obama, le traitant, au choix, de fasciste, communiste, Staline, Hitler, Joker (l’adversaire maléfique de Batman), etc. Et même de socialiste européen!!

Oui, le Vietnam est en train de devenir le sous-traitant de la Chine, fabriquant à bas coût ce que ne peut plus faire l’Empire du milieu depuis que les salaires ne cessent d’augmenter. Pour autant, si le Vietnam et les Etats-Unis sont en train de se réconcilier et de devenir des alliés, c’est, avant tout, grâce aux Chinois!
En effet, on connait l’antagonisme traditionnel entre les deux peuples voisins, ponctué par plusieurs guerres. Les récents développements politico-militaires, sur fond de souveraineté disputée d’îles et de zone maritime nationale (la Chine étant en bisbille avec pratiquement tous ses voisins asiatiques sur cette question!), ont abouti à une demande inattendue et inacceptable pour Pékin: le gouvernement du Vietnam a demandé l’aide des Etats-Unis! Et ces derniers n’ont pas hésité à répondre par l’affirmative ce qui a encore plus rendu furieux les faucons chinois qui tiennent actuellement le haut du pavé au sein du Parti communiste.

Les médias avaient indiqué qu’après l’élimination de Ben Laden, le prochain criminel sur la liste des dix personnes les plus recherchées par le FBI n’était pas un terroriste musulman mais un parrain de la pègre de Boston, «Whitey» Bulger, disparu voici seize ans après qu’un agent pourri de la police fédérale l’ait averti qu’on venait l’arrêter.
Pour de nombreux spécialistes, l’irlando-américain devait se trouver en Amérique du Sud, voire même en Europe. Il vient d’être arrêté à Santa Monica, Californie… Il y vivait tranquillement avec des voisins assez surpris d’avoir vécu avec un tel criminel à qui l’on reproche, outre toutes sortes de trafics, pas moins de dix-neuf meurtres commandités (beaucoup plus, en réalité, selon certains policiers).
Est-ce le bruit médiatique fait autour de son insaisissabilité qui a permis de le retrouver aussi vite après Ben Laden? En fait, le FBI, ridiculisé depuis seize ans, a décidé de changer  sa stratégie. Au lieu de rechercher Bulger, il a recherché sa petite amie avec qui il s’était enfui en offrant 100.000 dollars pour tout renseignement.
Cela n’a guère traîné et le couple a été cueilli en bas de chez lui par les fédéraux. Il est désormais dans une prison de Boston.

Le saxophoniste emblématique de Bruce Springsteen, Clarence Clemons, vient de mourir à 69 ans en Floride, des suites d’une attaque cardiaque. Toujours actif avec le groupe du «Boss», le E Street Band, il venait aussi d’enregistrer un morceau avec Lady Gaga, chanson dédiée à Springsteen dont elle est une grande fan. Il apparaît même dans le clip qui est actuellement diffusé par les chaînes musicales à travers le monde.
Apprenant son décès, Bruce Springsteen a déclaré qu’il venait de perdre plus qu’un musicien ou qu’un ami mais un alter ego avec qui il a bâti tout son parcours musical. Reste à savoir s’il sera remplacé dans le E Street Band.

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

dimanche 19 juin 2011

Une semaine aux Etats-Unis. Les républicains à l’assaut de Barack Obama / Les Américains se battent pour assister au procès d’une mère accusée d’avoir tué sa fille de 2 ans! / Facebook aurait perdu des millions d’internautes aux Etats-Unis / Les Dallas Mavericks champions de Basket US et les Bruins de Boston remportent la Stanley Cup (hockey)


Les républicains ont lancé la campagne des primaires pour désigner celui ou celle d’entre eux qui sera opposé à Barack Obama lors de la présidentielle de 2012. Les candidats à la candidature se déclarent les uns après les autres et les premiers débats ont eu lieu en attendant le début des votes dans les Etats à la fin de l’année et au début de l’année prochaine.
Pour l’instant, les affrontements entre prétendants n’ont pas vraiment eu lieu. Tous ont préféré critiquer le président actuel avec force et détermination. A ce jeu, la plus virulente a été, ce qui n’est guère une surprise, Michelle Bachman, une des figures les plus médiatiques du mouvement populiste Tea Party et représentante de l’Etat du Minnesota qui va répétant qu’Obama ne sera qu’un «one term president», le président d’un seul mandat.
Il est peu probable qu’elle puisse remporter l’investiture républicaine tellement elle est un personnage clivant qui n’aurait aucune chance de séduire les électeurs indépendants modérés et gagner ainsi la présidentielle. Mais elle peut droitiser le débat à l’extrême et entrainer les postulants sérieux, comme Mitt Romney, le favori, dans une dérive populiste qui les mettrait dans une position de faiblesse pour pouvoir inquiéter sérieusement Barack Obama.

Des scènes de lutte, des courses effrénées pour être au premier rang, des cris et des pleurs: non, ce n’est pas des fans éperdus qui se battent pour assister aux meilleures places du concert de leur star préférée mais des ménagères venues assister au procès de Casey Anthony, une jeune femme accusée d’avoir assassinée sa petite fille de deux ans, Caylee! Cela se passe en Floride et de commentaire tellement la situation est outrancière, indécente et choquante.
Dans le pays d’autres ménagères demeurent scotchées devant leur écran de télévision pour ne pas perdre une miette des retransmissions en direct du procès. Une chaîne a même montré une femme qui regarde le procès tout en téléphonant à sa grand-mère qui, elle aussi, en est une téléspectatrice, pour échanger en temps réel leurs impressions…
Il faut dire, malgré tout, que la personnalité de l’accusée donne un certain intérêt au procès au-delà de l’horreur de l’acte qui lui est reproché. Si elle est coupable – elle nie avoir tué sa fille -, elle serait une meurtrière particulièrement froide et calculatrice.

Les chiffres sont-ils justes ou s’agit-il seulement d’un bug dans les statistiques? Personne ne le sait vraiment mais il est possible que Facebook ait perdu en deux mois, avril et mai, quelques six millions d’utilisateurs aux Etats-Unis où leur nombre serait encore de plus de 149 millions, tout de même. Rien de très grave pour l’instant, selon les experts, d’autant que le site américain en a gagné plus que cela dans le monde entier où ils sont désormais 687 millions alors qu’il n’est même pas encore lancé en Chine.
Cependant, il semble que dans les pays où Facebook est installé depuis longtemps, il voit sa progression ralentir.
Retournement de tendance ou simple pause dans son expansion, si ces chiffres sont exacts, il est sans doute trop tôt pour le dire.

Deux des championnats les plus populaires aux Etats-Unis ont connu leurs épilogues. En Basket, les nouveaux champions NBA s’appellent, pour la première fois de leur histoire, les Dallas Mavericks qui ont battu les Miami Heat pourtant ultra-favoris et possédant un trio de rêve recruté à prix d’or dont la fameuse superstar actuelle du basket US, Lebron James, qui est passé à côté de la finale.
En Hockey-sur-glace, les Boston Bruins sont allés s’imposer sur la patinoire des canadiens de Vancouver pour remporter le championnat et brandir l’imposante Stanley cup. Mais cette victoire a été malheureusement entachée par de violentes émeutes provoquées par les fans canadiens déçus et largement avinés qui ont mis à sac le centre-ville.

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

dimanche 12 juin 2011

Une semaine aux Etats-Unis. Feux dévastateurs en Arizona / Feu sur la politique économique d’Obama / Feu sur Anthony Wiener / La Statue de la Liberté est à vendre! / 255.500 poignées de main…


Des campeurs imprudents et voici le deuxième plus grand feu de l’histoire des Etats-Unis qui consume des forêts entières en Arizona. Ses flammes ont déjà brûlé plus de 1600 kilomètres carrés et il pourrait même dépasser le fameux feu de Rodeo-Chediski de 2002 (1895 kilomètres carrés). Il est loin d’être totalement maîtrisé selon les pompiers qui redoutent encore qu’il puisse reprendre de la vigueur si les vents soufflent à nouveau. Sans compter qu’il menace maintenant de s’étendre dans l’Etat du Nouveau Mexique. Plus de trente maisons aussi ont été détruites et beaucoup de jeunes enfants ainsi que des personnes âgées souffrent de problèmes respiratoires. Un bilan qui est, de ce côté-là, moins dramatique que ce que l’on pouvait craindre. Pour l’instant…

La politique économique d’Obama est-elle la bonne? Voici le grand débat qui divise actuellement le pays et qui fait les gros titres des médias. Car, après un redémarrage l’année dernière, il semble bien que la machine économique américaine soit grippée.
Du coup, tout le monde y va de son diagnostic et de son remède ainsi que de son analyse.
Le problème pour mettre en place des solutions radicales d’un côté comme de l’autre (plus d’interventionnisme de l’Etat v. plus d’argent pour les riches pour simplifier sur fond de déficits publics records) se heurtent au fait que la président et la Chambre des représentants ne sont pas du même bord politique. Mais rien ne dit qu’il faille tout bousculer. Les solutions miracles, en économie, ça n’existe pas.
Reste que pour Obama, comme l’explique un journaliste, il s’agit du problème numéro un, du problème numéro deux et du problème numéro trois auxquels il devra faire face lors de sa campagne pour sa réélection.
Et, bien sûr, cela la complique fortement. 59% des Américains désapprouvent sa politique économique. Cela n’est guère étonnant avec 9,1% de la population active au chômage. Heureusement, pour lui, il a d’autres atouts à faire valoir, il a la démographie pour lui (une population de plus en plus métissée à tous points de vue qui vote plus démocrate que républicain et qui se reconnait en lui) et… des candidats à l’investiture républicaine peu charismatiques!

Anthony Weiner était une étoile montante du Parti démocrate à New York dont il est un des représentants au Congrès à Washington. Certains voyaient en lui le prochain candidat du parti de l’âne à la mairie de Big Apple pour remplacer Michael Bloomberg.
Et puis, patatrac, il y a eu ces photos envoyées de son compte Twitter. Des clichés où l’on voyait Anthony Weiner en petite tenue et qui étaient destiné à des femmes rencontrées sur le web et révélés par un site internet d’un républicain conservateur.
L’élu a d’abord nié être responsable en quoi que ce soit de ces envois. Il a affirmé que son compte avait été piraté. Mais cette explication n’a pas tenue et il est venu faire des excuses publiques lors d’une conférence de presse où il a pleuré en demandant pardon à sa femme…
La drague par Twitter interposé est une première dans ce genre d’affaires de mœurs impliquant un homme politique. Bien sûr, Weiner n’a violé personne et il n’a même pas trompé sa femme. Mais, évidemment, cela n’est ni guère très éthique et ni très politiquement correct.
Pour l’instant, il a refusé de démissionner. Mais ses simples excuses ne passent pas, notamment au Parti démocrate dont les dirigeants lui demandent désormais de rendre son mandat. Devant la pression de plus en plus forte, il vient d’annoncer sa prochaine entrée en cure de traitement et se demande de congé spécial à la Chambre des représentants. Cela ne devrait pas suffire à éteindre l’incendie politico-médiatique.

La Statue de la Liberté est sans doute la sculpture la plus connue du monde. Due à un Français, Auguste Bartholdi, elle illumine depuis plus de cent ans l’entrée du port de New York, là où débarquèrent des millions d’immigrés.
Il en existe quatre exemplaires officiels. La vraie à New York, et trois à Paris: une sur l’île aux cygnes, une au Jardin du Luxembourg et une aux Musée des Arts et Métiers. C’est dans ce dernier lieu que se trouve les archives de sa conception mais aussi les outils qui ont permis de la réaliser. Dont les collections de plâtre qui ont servi pour l’originale qui servit de modèle à l’élaboration de la grande statue.
Le musée parisien a décidé d’en fondre douze modèles (dont l’exemplaire numéro un est installé à son entrée) et de les vendre dans le monde entier à des musées ou à des collectionneurs. Tous ceux qui seront sélectionnés seront triés sur le voler et devront respecter les valeurs véhiculées par la statue de la liberté et la démocratie.

Un journaliste, qui venait de serrer la main de Barack Obama, a voulu savoir combien de fois le Président des Etats-Unis répétait ce geste au cours de son mandat. Après des calculs savants selon des données récupérées auprès de la Maison Blanche, son site, Business insider, a estimé qu’il devrait serrer la main à 255.500 personnes en quatre ans, soit 64.875 fois annuellement…

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

samedi 11 juin 2011

Les sondages contradictoires sur la présidentielle américaine de 2012


Trois sondages successifs publiés au cours de la semaine montrent l’incohérence des instituts d’opinion aux Etats-Unis. Une incohérence parfois pointée du doigt mais qui sont souvent plus honnêtes qu’en France, notamment sur l’indication des marges d’erreur.
Selon un d’entre eux, Barack Obama est devancé en intentions de vote par le républicain Mitt Romney pour la présidentielle de 2012. Une première qui a été largement commentée dans les médias.
Au même moment, cependant, deux autres sondages indiquent qu’il possède une nette avance sur ce dernier et tous les autres candidats républicains…
Le sondage publié par ABC News et le Washington Post, donnait Barack Obama perdant devant Mitt Romney à 46% des intentions de vote contre 49% pour le candidat républicain favori pour remporter les primaires de son parti.
Le sondage publié par Reuters, donnait pas moins de treize points d’avance pour Barack Obama (51%) sur le même Mitt Romney (38%).
Le sondage de l’université de Quinnipiac donnait, de son côté, six points d’avance pour le président en place (47% contre 41%), toujours face à l’ancien gouverneur mormon du Massachussetts.
Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

mercredi 8 juin 2011

Le coût exorbitant pour les Américains du non-respect de la propriété intellectuelle par la Chine


La Chine a beau clamer qu’elle fait tout ce qu’elle peut pour respect le droit de propriété intellectuelle sur son territoire, les faits continuent de la démentir lorsque l’on voit la copie d’un nouveau produit étranger sortir simultanément à l’original…
Pour les Etats-Unis, le pays le plus concerné par ce piratage, les pertes sont extrêmement lourdes pour son économie et ses entreprises.
Selon la Commission américaine du Commerce international (International trade commission), qui lutte pour débusquer toutes les infractions au commerce international et possède des pouvoirs quasi-judiciaires en la matière, celles-ci se monterait à quarante-huit milliards de dollars et 923.000 emplois par an (calculé sur l’année 2009).
Mais le rapport officiel de l’agence fédérale va plus loin en indiquant que ce ne sont pas moins de 2,1 millions d’emplois qui pourraient être créés si le gouvernement chinois agissait réellement pour faire cesser le piratage uniquement dans les secteurs des logiciels informatiques et cinématographiques.
Les élus démocrates et républicains, très hostiles aux pratiques chinoises qui privent les habitants de leurs circonscriptions de travail, ont évidemment réagit devant ces chiffres en demandant que les actes suivent après ce constat accablant.
Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org

dimanche 5 juin 2011

Une semaine aux Etats-Unis. Taux de chômage en hausse, économie en berne / Mitt Romney à nouveau candidat à la candidature / Sarah Palin en énerve plus d’un… républicain / John Edwards rattrapé par la justice / Il y a plus de foyers avec animaux domestiques qu’avec enfants! / Et si la quête du bonheur était une supercherie?!


Le taux de chômage est remonté à 9,1% de la population active au mois de juin. Une mauvaise nouvelle pour l’économie américaine et, surtout, pour la population qui ne voit pas le bout du tunnel de la crise. Il se pourrait même que celle-ci, après un répit, fasse sa réapparition.
Car le problème n’est plus que les entreprises licencient mais surtout qu’elles n’embauchent pratiquement pas. Mais ce n’est pas le seul. L’activité industrielle est au ralentie et le marché immobilier atone. Les consommateurs ont moins acheté et leur moral n’est pas au plus haut.
Résultat, le dollar décroche une nouvelle fois face à l’euro.
Tout ceci est également une très mauvaise nouvelle pour Barack Obama et sa réélection. Et, comme l’écrit le New York Times, aucun président américain n’a été réélu avec un taux de chômage dépassant les 7,2%...

Le mormon et ancien gouverneur du Massachussetts, Mitt Romney est à nouveau candidat à la candidature du Parti républicain pour la présidentielle de 2012. Son annonce, cette semaine, n’est guère une surprise d’autant qu’il est le prétendant qui a amassé le plus d’argent en vue de sa campagne, pour l’instant. Pour autant, il est loin d’être le favori incontestable des électeurs républicains.
Et puis, l’ancien gouverneur du Massachussetts traîne des casseroles depuis son mandat dans cet Etat traditionnellement libéral (gauche). Son plus grand fait d’arme à cette époque a, en effet, était de mettre en place un système d’assurance santé qui ressemble à s’y méprendre à celui que Barack Obama a fait voter pour l’ensemble du pays et qu’ont violemment critiqué les républicains dont un certain… Mitt Romney!
Il a bien tout essayé pour faire oublier son passé de républicain modéré ainsi que cette «faute» en déclarant que sa réforme n’était pas la même que celle d’Obama alors que tous les observateurs disent le contraire et que si c’était à refaire, il ne le referait plus.
Dès lors, les analystes politiques se demandent comment il pourra bien se dépatouiller de cette schizophrénie pendant la campagne face à Obama. Lui-même ne doit pas vraiment savoir…

Sera-t-elle ou non candidate? Il semblait bien que Sarah Palin avait jeté l’éponge et que son étoile était en train de pâlir dans l’Amérique profonde républicaine et obscurantiste (ailleurs, cela fait bien longtemps qu’elle ne brille plus du tout).
Là voilà pourtant de retour avec un tour en autocar des Etats-Unis largement médiatisé et sibylline sur ses intentions. De quoi énerver les membres du Parti républicain dont certains montent au créneau pour dénoncer cette politique spectacle et ce grand cirque.
Malgré tout, dans les sondages, Palin demeure encore une force d’attraction. Elle se situe derrière Mitt Romney dans les préférences des électeurs républicains. Pour autant, ses chances d’accéder à la présidence sont quasiment nulles tellement elle est détestée par une majorité d’Américains. Une bonne nouvelle car ses compétences et ses connaissances politiques sont réellement limitées.

John Edwards, qui a été le candidat à la vice-présidence des Etats-Unis de John Kerry et le candidat à la candidature des démocrates face à Barack Obama vient d’être inculpé de fraude concernant ses finances électorales et risque plusieurs dizaines d’années de prison.
L’ancien élu a reconnu des fautes mais nie la plupart des charges. Celui qui avait séduit l’Amérique par sa réussite professionnelle, son charisme et sa prestance file un bien mauvais coton.
Cette histoire de fraude financière vient après ses frasques amoureuses. Alors que son épouse était atteinte d’un cancer incurable (elle est morte depuis) pendant sa campagne à la nomination, on apprenait qu’il avait eu un enfant avec une autre femme. Sa carrière politique avait été ainsi définitivement stoppée et sa réputation totalement détruite. A cette occasion, les médias américains avaient pris fait et cause pour sa compagne trahie et les propos de cette dernière avaient fortement ému la population.

Le recensement de la population américaine continue de dévoiler de nouvelles réalités dans la société américaine. Dernière en date, la révélation selon laquelle il y a désormais plus de foyers américains avec un animal domestique qu’il y en a avec un enfant…

Et si la volonté d’accomplissement était plus forte que celle de rechercher le bonheur? Un psychologue célèbre, Martin Seligman de l’université de Pennsylvanie, l’affirme, en tout cas, dans son dernier ouvrage «Flourish» («S’épanouir» ou «Prospérer»).
En prenant comme exemple le fait que les parents sont moins heureux que les couples sans enfants, que les milliardaires continuent à amasser de l’argent même s’ils ne savent même plus ce qu’ils pourraient en faire et que les joueurs de bridge continuent à jouer sans plaisir pour gagner, il veut démontrer que c’est, avant tout, l’envie d’aller jusqu’au bout de son entreprise qui est le moteur principale de l’individu.
Ce sentiment d’accomplissement contribue à ce que Martin Seligman nomme le «bien être» ou «l’auto-épanouissement». Pour lui, cinq éléments le définissent. Sous l’acronyme Perma, il s’agit de l’émotion positive (positive emotion), l’engagement (engagement c’est-à-dire le sentiment de se sentir totalement investi dans une tâche), le relationnel (relationships), le sens (meaning) et, donc, de l’accomplissement (accomplishment).
Cette thèse est une bombe en puissance dans un pays où la Constitution sacralisée parle de la poursuite du bonheur comme une quête légitime de l’individu.

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org