INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

dimanche 5 juin 2011

Une semaine aux Etats-Unis. Taux de chômage en hausse, économie en berne / Mitt Romney à nouveau candidat à la candidature / Sarah Palin en énerve plus d’un… républicain / John Edwards rattrapé par la justice / Il y a plus de foyers avec animaux domestiques qu’avec enfants! / Et si la quête du bonheur était une supercherie?!


Le taux de chômage est remonté à 9,1% de la population active au mois de juin. Une mauvaise nouvelle pour l’économie américaine et, surtout, pour la population qui ne voit pas le bout du tunnel de la crise. Il se pourrait même que celle-ci, après un répit, fasse sa réapparition.
Car le problème n’est plus que les entreprises licencient mais surtout qu’elles n’embauchent pratiquement pas. Mais ce n’est pas le seul. L’activité industrielle est au ralentie et le marché immobilier atone. Les consommateurs ont moins acheté et leur moral n’est pas au plus haut.
Résultat, le dollar décroche une nouvelle fois face à l’euro.
Tout ceci est également une très mauvaise nouvelle pour Barack Obama et sa réélection. Et, comme l’écrit le New York Times, aucun président américain n’a été réélu avec un taux de chômage dépassant les 7,2%...

Le mormon et ancien gouverneur du Massachussetts, Mitt Romney est à nouveau candidat à la candidature du Parti républicain pour la présidentielle de 2012. Son annonce, cette semaine, n’est guère une surprise d’autant qu’il est le prétendant qui a amassé le plus d’argent en vue de sa campagne, pour l’instant. Pour autant, il est loin d’être le favori incontestable des électeurs républicains.
Et puis, l’ancien gouverneur du Massachussetts traîne des casseroles depuis son mandat dans cet Etat traditionnellement libéral (gauche). Son plus grand fait d’arme à cette époque a, en effet, était de mettre en place un système d’assurance santé qui ressemble à s’y méprendre à celui que Barack Obama a fait voter pour l’ensemble du pays et qu’ont violemment critiqué les républicains dont un certain… Mitt Romney!
Il a bien tout essayé pour faire oublier son passé de républicain modéré ainsi que cette «faute» en déclarant que sa réforme n’était pas la même que celle d’Obama alors que tous les observateurs disent le contraire et que si c’était à refaire, il ne le referait plus.
Dès lors, les analystes politiques se demandent comment il pourra bien se dépatouiller de cette schizophrénie pendant la campagne face à Obama. Lui-même ne doit pas vraiment savoir…

Sera-t-elle ou non candidate? Il semblait bien que Sarah Palin avait jeté l’éponge et que son étoile était en train de pâlir dans l’Amérique profonde républicaine et obscurantiste (ailleurs, cela fait bien longtemps qu’elle ne brille plus du tout).
Là voilà pourtant de retour avec un tour en autocar des Etats-Unis largement médiatisé et sibylline sur ses intentions. De quoi énerver les membres du Parti républicain dont certains montent au créneau pour dénoncer cette politique spectacle et ce grand cirque.
Malgré tout, dans les sondages, Palin demeure encore une force d’attraction. Elle se situe derrière Mitt Romney dans les préférences des électeurs républicains. Pour autant, ses chances d’accéder à la présidence sont quasiment nulles tellement elle est détestée par une majorité d’Américains. Une bonne nouvelle car ses compétences et ses connaissances politiques sont réellement limitées.

John Edwards, qui a été le candidat à la vice-présidence des Etats-Unis de John Kerry et le candidat à la candidature des démocrates face à Barack Obama vient d’être inculpé de fraude concernant ses finances électorales et risque plusieurs dizaines d’années de prison.
L’ancien élu a reconnu des fautes mais nie la plupart des charges. Celui qui avait séduit l’Amérique par sa réussite professionnelle, son charisme et sa prestance file un bien mauvais coton.
Cette histoire de fraude financière vient après ses frasques amoureuses. Alors que son épouse était atteinte d’un cancer incurable (elle est morte depuis) pendant sa campagne à la nomination, on apprenait qu’il avait eu un enfant avec une autre femme. Sa carrière politique avait été ainsi définitivement stoppée et sa réputation totalement détruite. A cette occasion, les médias américains avaient pris fait et cause pour sa compagne trahie et les propos de cette dernière avaient fortement ému la population.

Le recensement de la population américaine continue de dévoiler de nouvelles réalités dans la société américaine. Dernière en date, la révélation selon laquelle il y a désormais plus de foyers américains avec un animal domestique qu’il y en a avec un enfant…

Et si la volonté d’accomplissement était plus forte que celle de rechercher le bonheur? Un psychologue célèbre, Martin Seligman de l’université de Pennsylvanie, l’affirme, en tout cas, dans son dernier ouvrage «Flourish» («S’épanouir» ou «Prospérer»).
En prenant comme exemple le fait que les parents sont moins heureux que les couples sans enfants, que les milliardaires continuent à amasser de l’argent même s’ils ne savent même plus ce qu’ils pourraient en faire et que les joueurs de bridge continuent à jouer sans plaisir pour gagner, il veut démontrer que c’est, avant tout, l’envie d’aller jusqu’au bout de son entreprise qui est le moteur principale de l’individu.
Ce sentiment d’accomplissement contribue à ce que Martin Seligman nomme le «bien être» ou «l’auto-épanouissement». Pour lui, cinq éléments le définissent. Sous l’acronyme Perma, il s’agit de l’émotion positive (positive emotion), l’engagement (engagement c’est-à-dire le sentiment de se sentir totalement investi dans une tâche), le relationnel (relationships), le sens (meaning) et, donc, de l’accomplissement (accomplishment).
Cette thèse est une bombe en puissance dans un pays où la Constitution sacralisée parle de la poursuite du bonheur comme une quête légitime de l’individu.

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org