INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

mercredi 23 novembre 2011

Une Semaine aux Etats-Unis. Un homme tire sur la Maison blanche, un autre voulait faire sauter une bombe à New York / Zuccotti Park évacué / Grève de la NBA: Chômage et perte de chiffre d’affaire / Thanksgiving menacée par les soldes / La Maison blanche n’a pas dialogué avec… les extraterrestres / Un pilote coincé dans les toilettes de son avion prêt de déclencher un atterrissage d’urgence!

 
Un homme perturbé âgé de vingt-et-un ans a été arrêté en Pennsylvanie après avoir tiré la veille sur la façade de la Maison Blanche avec une mitraillette afin de tuer Barack Obama qu’il considère comme l’Antéchrist. Au moins deux balles ont touché la façade de la résidence du président américain alors que ce dernier ne se trouvait pas à la Maison blanche.  Originaire de l’Idaho, connu pour ses milices d’extrême-droites violentes, l’homme semble plutôt un illuminé.
C’est un autre homme de vingt-sept ans, sympathisant d’Al Qaida, qui vient d’être arrêté à New York parce qu’il avait l’intention de faire sauter une bombe de sa fabrication. C’est Mchael Bloomberg, le maire de New York qui l’a annoncé, précisant que l’homme était depuis un an sous la surveillance de la police.

Les OWS (Occupy Wall Street) ont retrouvé une certaine vigueur depuis que la police a évacué leurs campements dans plusieurs villes des Etats-Unis dont celui, emblématique, du Zuccotti Park à New York.
Une dernière évacuation qui s’est faite de nuit et de manière brutale si ce n’est violente alors que les OWS projetaient une manifestation devant Wall Strette afin de bloquer la bourse.
Le motif de cette évacuation était, selon Michael Bloomberg, le maire de New York, de nettoyer la place par peur des épidémies mais aussi pour mettre fin à la violence endémique qui se déroulait à l’intérieur du campement sauvage et aux alentours. Il a ajouté que les manifestants pouvaient y retourner mais qu’ils ne pouvaient plus y dormir, ce qu’un juge a confirmé dans la journée (alors qu’une première décision, en référé, avait annulé cette évacuation, sans effet, les autorités ayant fait en sorte d’attendre le deuxième jugement).
Les OWS sont donc retrournés à Zuccotti Park et ont organisé une manifestation où l’on comptait 5.000 personnes selon les médias américains.

La grève des basketteurs de la NBA, la ligue professionnelle de basket aux Etats-Unis, ne fait pas que des fans malheureux et des médias en perte d’audience et de recettes publicitaires. C’est tout un secteur économique qui vit de la compétition qui pâtit des revendications financières de ces joueurs dont beaucoup gagnent des dizaines de millions de dollars par an et du refus des propriétaires des clubs («franchises») de leur donner ce qu’ils veulent.
Ainsi, à la télévision américaine, a présenté des gens qui n’ont plus d’emploi et qui se trouvent dans des situations très difficiles, vivant de petits boulots qui profitent de la compétition de basket.

Thanksgiving, une des fêtes les plus emblématiques des Etats-Unis, sonne le départ des grandes soldes avant Noël, un phénomène populaire immense qui débute par ce que l’on appelle le «black friday», le «vendredi noir» qui prend place le lendemain. Et elle serait menacée par une ouverture de plus en plus tôt des magasins.
Ainsi, certaines châines qui, d’habitude, ouvrent leurs portes à quatre heures du matin, ont décidé d’ouvrir le jour même de Thanksgiving à minuit, privant leurs employés d’une partie de la soirée familiale.
Pour éviter que Thanksgiving ne soit vampirisée par cet événement commercial, les Américains sont en train de se mobiliser en signant notamment des pétitions demandant que les magasins reviennent sur leur décision.

«Le gouvernement américain n'a aucune preuve de l'existence de vie en-dehors de notre planète, ni ne possède une quelconque information sur des contacts qui auraient été pris par des extraterrestres avec des humains. (…) Beaucoup de scientifiques et de mathématiciens sont arrivés à la conclusion qu'il y a de fortes chances pour qu'il existe quelque part parmi les milliards et les milliards d'étoiles dans l'univers, une planète différente de la nôtre qui hébergerait la vie. (…) Beaucoup d'entre eux ont également fait remarquer dans le même temps que les chances d'entrer en contact avec l'un d'entre eux étaient extrêmement minces étant donné les distances. (…). Tout cela reste de la pure spéculation. Le seul élément factuel est que nous n'avons aucune preuve tangible sur la Terre de l'existence d'extraterrestres».
Non, il ne s’agit pas d’un dialogue extrait d’un film de science-fiction mais de la réponse officielle d’un certain Phil Larson… conseiller de Barack Obama! Un texte que l’on peut trouver sur le site de la Maison blanche, «We The People», mis en place pour répondre à toutes les interrogations des Américains sur leur gouvernement pour peu que la question recueille au moins vingt-cinq mille signatures (cinq mille auparavant mais le site a été submergé de questions).
Pas sûr que cette explication soit assez convaincante pour un peuple qui, majoritairement, croit dur comme fer à l’existence d’extra-terrestres et que le gouvernement de leur pays leur cache quelque chose en la matière…

Une procédure d’atterrissage d’urgence avec escorte de jets de l’armée de l’air a failli être enclenchée parce qu’un pilote… était coincé dans les toilettes de l’avion de ligne dont il était le commandant de bord!
Cela s’est passé lors d’un vol entre une petite ville du Tennessee et l’aéroport de La Guardia de New York.
S’apercevant qu’il ne pouvait sortir des toilettes, le pilote a demandé à un passager d’aller avertir le copilote en lui donnant le code secret pour que ce dernier lui ouvre la porte du poste de pilotage.
Mais le copilote a refusé d’entendre le passager qui avait un fort accent étranger et a averti les aiguilleurs du ciel qu’il s’agissait peut-être d’une tentative de détournement. Immédiatement la procédure d’urgence a été mise en branle.
Le pilote, lui, a enfin réussi à ouvrir la porte des toilettes évitant de justesse le décollage de chasseurs chargés d’abattre l’avion s’il s’approchait trop près de cibles civiles ou militaires…

Alexandre Vatimbella
© 2011 LesNouveauxMondes.org