INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

vendredi 25 mai 2012

Elections présidentielles 2012. Mitt Romney tente de s’accaparer un Bill Clinton… soutien sans faille de Barack Obama!

Le temps du recentrage est venu pour Mitt Romney s’il veut avoir une chance de remporter les élections présidentielles américaines du 6 novembre prochain.
Le candidat républicain qui sera intronisé dans quelques semaines lors de la convention de son parti en Floride a ses chances puisqu’il fait jeu égal dans les sondages actuellement et, surtout, qu’il est considéré comme plus crédible sur l’économie que son adversaire démocrate, le président sortant, Barack Obama.
Bien sûr, des sondages aussi éloignés du vote ne signifient pas autre chose qu’une photographie à un moment donné (le dernier en date donnant Obama vainqueur de peu), d’autant que ce moment vient alors que Romney est sous le feu de l’actualité après sa nomination de fait comme candidat officiel des républicains, ce qui lui donne automatiquement un coup de pouce dans les enquêtes d’opinion, coup de pouce qui ne dure généralement pas.
Et puis, pour avoir vraiment des chances de devenir les 45° président des Etats-Unis, il va devoir séduire deux électorats essentiels: les femmes et les «independents» modérés et centristes.
En ce qui concerne l’électorat féminin, Mitt Romney va avoir une tâche rude depuis qu’il a fait sienne les positions les plus rétrogrades des républicains de la droite extrême sur la contraception et sur le droit de disposer de son corps (en particulier sur l’avortement) sans oublier sur le rôle de la femme dans la société (son épouse n’a jamais travaillé même si elle a élevé ses cinq enfants).
Pour l’instant, il accuse un sérieux retard quant aux intentions de vote des femmes.
En ce qui concerne les «independents», ceux qui déclarent être proches ni des démocrates, ni des républicains, Mitt Romney va devoir séduire la frange qui se déclare modérée et centriste.
Là aussi, il part avec le handicap de toutes ses déclarations récentes lors des primaires de son parti où il a du droitiser, parfois jusqu’à la caricature, son discours afin de séduire l’électorat le plus conservateur, le plus à droite et le plus réactionnaire qui est surreprésenté parmi les électeurs qui prennent part à la désignation du candidat républicain.
Ici, sa tâche semble plus aisée puisque Mitt Romney, avant ce virage à 380°, était considéré comme un modéré proche du centre de l’échiquier politique.
Son mandat de gouverneur de l’Etat du Massachussetts plaide, en partie, pour ce positionnement modéré même si de nombreuses voix se sont fait entendre récemment, rappelant quelques mesures peu consensuelles prises par Romney alors.
De plus, le mot «Massachussetts» est étrangement absent des discours de Romney…
Toujours est-il qu’il a pris le taureau par les cornes et qu’il tente actuellement ce difficile exercice d’équilibriste qui consiste à affirmer qu’il garde le cap du conservatisme dur tout en faisant des clins d’œil appuyés à l’électorat modéré.
En témoigne ses dernière déclarations affirmant que tous les lycéens doivent pouvoir entrer à l’université de leur choix et de leurs capacités en faisant en sorte que les bourses d’étude soient bien distribuées et assez nombreuses.
Une de ses autres approches consiste à essayer de séduire les «independents» mais aussi ces électeurs démocrates ouvriers et employés qui ont voté pour Bill Clinton lors de ses deux mandats à la Maison blanche et pour Hillary Clinton lors des primaires démocrates de 2008 et qui ont peu d’atomes crochus avec Obama.
Pour cela, il s’appuie sur les résultats de Bill Clinton alors que celui-ci est un soutien sans faille de Barack Obama!
Evidemment, cette approche est validée part les politologues du Parti républicain alors que ceux du Parti démocrate n’y voient qu’un stratagème un peu grossier.
En tout cas, tout cela n’a pas échappé à Bill Clinton qui a répondu à Romney en utilisant la fameuse gaffe d’un de ses conseillers.
Ce dernier avait utilisé le Télécran (Etch a Sketch en anglais), cet écran de sable inventé par le Français André Cassagnes où l’on peut dessiner grâce à deux boutons puis effacer sa création pour en recommencer une autre pour qualifier la stratégie électorale de son patron.
Eric Fehrnstrom, c’est son nom, avait ainsi déclaré qu’une fois la nomination républicaine dans la poche, Mitt Romney effacerait tout ce qu’il avait dit lors des primaires et que ce serait un nouveau départ pour sa campagne (sous-entendu, il montrera alors son vrai visage de modéré).
Cette déclaration avait évidemment provoqué l’ire de ses adversaires républicains lors de ces primaires qui y voyaient la preuve que le discours radical adopté par ce dernier n’était qu’un simulacre.
Une manière de dire, pour Bill Clinton, que l’on ne peut évidemment pas prêter crédit aux propos de l’ancien gouverneur du Massachussetts, que ce soit dans un sens ou dans l’autre…

Alexandre Vatimbella
© 2012 LesNouveauxMondes.org