INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

vendredi 1 juin 2012

En mai, l’économie américaine n’a créé que 69.000 emplois

Mauvais chiffre pour l’emploi aux Etats-Unis au mois de mai.
L’économie américaine n’a ainsi créée que 69.000 nouveaux emplois, bien loin des prévisions et en recul par rapport aux deux mois précédents qui étaient déjà décevants.
Surtout, le taux de chômage est remonté à 8,2% de la population active avec une progression des chômeurs de longue durée.
Cette mauvaise performance peut s’expliquer par un ralentissement saisonnier même si la crise de la zone euro et les difficultés des grands pays émergents comme la Chine et l’Inde pèsent également.
Certains analystes estiment qu’il faut encore attendre pour savoir si c’est, plus grave, le signe que l’économie américaine est dans une spirale baissière qui pourrait devenir négative.
Ce n’est qu’à la rentrée de septembre après les chiffres des trois prochains mois que l’on y verra plus clair selon eux.
Cette annonce s’est évidemment invitée dans la campagne présidentielle alors qu’un sondage pour la chaîne ABC montre que les Américains sont divisés sur le candidat le mieux à même de s’occuper de l’économie.
47% des personnes interrogées estiment que c’est le républicain Mitt Romney et 46% que c’est Barack Obama.
Romney, invité par la chaîne MNSBC en a profité pour immédiatement réagir en affirmant que c’était «un mauvais jour pour la classe moyenne» et «une très mauvaise nouvelle pour le peuple américain».
Il a ajouté que la responsabilité en revenait plus à l’inaction de Barack Obama ainsi qu’à sa politique de réglementation tous azimuts et à sa volonté de passer sa législation notamment sur l’assurance maladie qu’à la crise de la zone euro et au ralentissement mondial (alors que la plupart des analystes et des patrons disent le contraire).
Installé devant une pancarte de sa campagne où était inscrit le slogan «Putting jobs first» (priorité aux emplois), il a donné également ses solutions pour faire baisser le chômage: ouvrir largement le marché de l’énergie (avec des permis de forages sans restrictions) permettant ainsi des embauches massives dans ce secteur; «tuer» la loi sur l’assurance santé qui «effraie» les employeurs qui n’embauchent plus; faire voter un budget en équilibre afin de rassurer les investisseurs et faire du dollar une monnaie forte.
De son côté, Barack Obama, en déplacement dans une usine de la société Honeywell dans l’Etat du Minnesota, a également réagi à ces chiffres de l’emploi et du chômage en déclarant que si l’économie était en croissance, elle ne l’était pas encore assez, notamment à cause de la crise en Europe.
«Nous ne créons pas autant d’emplois que nous le voudrions» a-t-il expliqué.
De même, il estimé que «nous avons beaucoup de travail à faire, pas seulement pour le retour à une croissance forte mais pour mettre en place une économie durablement réparée».
«Il y aura de meilleurs jours» a-t-il ajouté. «Je parie sur les travailleurs américains et sur les entrepreneurs américains».
Et de rappeler ses différentes initiatives législatives pour s’attaquer aux problèmes du chômage, des déficits publics et d’une croissance molle, toutes refusées par la majorité républicaine à la Chambre des représentants.
«Le Congrès n’a pas d’excuse (…) au moment où il y a tant de gens qui cherchent un emploi».
On l’a compris, la situation du marché de l’emploi sera une des clés de l’élection présidentielle du 6 novembre prochain.
A noter que dans la foulée de l’annonce de ces chiffres décevants, la plupart des bourses mondiales ont clôturé à la baisse.
Alexandre Vatimbella
© 2012 LesNouveauxMondes.org