INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

jeudi 12 juillet 2012

Elections présidentielles 2012. La bataille de la classe moyenne sera âpre

Lors d’un discours très offensif, Barack Obama vient de proposer de reconduire les exonérations d’impôts qui viennent à échéance à la fin de l’année pour tous ceux qui gagnent au maximum 250.000 dollars, soit 98% de la population et de les supprimer pour les plus riches.
Et il a demandé aux républicains, majoritaires à la Chambre des représentants de voter aussi vite que possible cette mesure sauf à être considéré par les électeurs comme les seuls défenseurs des riches.
Les républicains et leur candidat à la présidentielle, Mitt Romney, ont immédiatement répondu qu’ils n’accepteraient pas cette proposition et qu’ils voulaient que la reconduction des exonérations soit votée pour tout le monde, sans exception.
D’un côté, la volonté est de montrer que l’écrasante majorité de la population doit être aidée à un moment difficile pour les Etats-Unis, ce qui, en plus favorisera la consommation, donc la croissance, donc l’emploi.
De l’autre, il s’agit d’affirmer que ceux qui feront redémarrer l’économie sont les riches grâce à leurs dépenses et leurs investissements.
Du coup, les taxer plus sera totalement improductif pour sortir le pays de sa croissance molle et de son chômage élevé.
Au-delà de ces explications, il s’agit de marquer sa différence avec l’autre camp et de se présenter, d’une manière ou d’une autre, comme le meilleur défenseur de la classe moyenne, c’est-à-dire de la majorité des Américains.
Ainsi, la décision de la Cour suprême de valider la loi sur l’assurance-maladie a été immédiatement récupérée par les républicains (fort mécontent, au demeurant de cette validation par une institution qu’ils croyaient à leur botte, validation qu’ils n’ont toujours pas digérée et, plus grave, acceptée)… pour défendre la classe moyenne.
Ils se sont appuyés sur l’argumentation du président de la cour qui a expliqué que l’obligation faite aux Américains d’être assurés contre la maladie sous peine d’amende n’était en réalité qu’un impôt supplémentaire pour financer les nouvelles mesures dans ce domaine.
Du coup, selon les républicains, la promesse faite par Obama de ne pas alourdir la fiscalité de la classe moyenne durant sa présidence était un mensonge.
De leur côté, les démocrates se sont focalisés sur la fortune de Mitt Romney acquise en ayant dirigé une société qui restructurait les entreprises en difficultés afin de prouver qu’il n’est pas et n’a jamais été un défenseur de la classe moyenne mais le digne représentant des 1% les plus riches.
Cela devrait même être l’argument principal de la campagne de Barack Obama.
Celui de Mitt Romney sera que le président actuel n’a pas été capable de faire repartir l’économie et que cela est désastreux pour les Américains et, bien sûr, pour ceux de la classe moyenne.
Bien entendu, on l’a compris, ce n’est pas un amour immodéré de cette classe qui fait agir les deux adversaires de la présidentielle mais le potentiel de voix qu’elle représente.
Celui qui parviendra le mieux à convaincre qu’il est le mieux à même de défendre ses intérêts sera sans doute le vainqueur au soir du 6 novembre prochain.
Alexandre Vatimbella
© 2012 LesNouveauxMondes.org