INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

mercredi 11 juillet 2012

Le Carnet Américain d’Alexandre Vatimbella. En Californie, les enfants vont-ils avoir plus de deux parents?!

Combien de parents avez-vous? Deux répondriez-vous confiant, en bon élève que vous êtes, ayant suivi attentivement votre cours de biologie ou tout simplement parce que, comme n’importe qui, vous savez que vous n’avez qu’une mère et qu’un père possibles.
Eh bien, vous avez tout faux. En tout, c’est ce dit Mark Leno, élu démocrate du Sénat de Californie et grand défenseur des droits des gays.
Il a ainsi déposé un projet de loi qui a déjà été voté par le Sénat et qui va bientôt se retrouver devant la Chambre des représentants à Sacramento.
Son argumentation n’est évidemment pas basée sur les règles de la reproduction mais sur les changements sociétaux et une vision politique très «liberal».
Bien sûr, on ne parle pas ici du cas de parents biologiques qui ont abandonné leur enfant qui a été ensuite adopté par une personne ou un couple qui en sont devenus légalement ses parents.
On ne parle pas non plus des homosexuels qui s’arrangent pour avoir des enfants sans passer par l’adoption grâce à la participation d’un ou d’une ami(e) qui n’ont aucune envie ensuite de s’en occuper.
En revanche, on parle bien d’une personne qui, pour différentes raisons, a un lien avec un enfant et qui veut le voir reconnu, notamment lors de séparations.
Ainsi, par exemple, des hommes ou des femmes qui conçoivent un enfant avec un couple gay (masculin ou féminin) et qui veulent s’impliquer dans sa vie avec l’accord de ce couple.
Autre exemple, celui de deux lesbiennes qui vivent ensemble et qui ont eu, avant de se rencontrer, des enfants avec les pères de ceux-ci.
Sans oublier le cas d’un enfant conçu par un homme et une femme, cette dernière se mariant enceinte avec un autre homme qui reconnaît le nouveau-né alors même que son père biologique n’a pas renoncé à ses droits paternels.
Quel doit être le statut et les droits de ces personnes?
C’est le but de Mark Leno de les définir, non pas, dit-il pour imposer quelque chose aux juges qui pourraient connaître de tels cas mais seulement pour leur donner plus de latitude afin de trouver la meilleure solution.
Par exemple, si un enfant a besoin d’être aidé, le fait de pouvoir qualifier une personne proche de celui-ci de parent, pourrait lui permettre de recevoir de l’argent ou de bénéficier d’une assurance-maladie.
De même, lors d’une séparation difficile ou dans le cas où les deux personnes impliquées se montrent incapables de s’occuper de leurs enfants, un juge pourrait désigner d’autres personnes comme «parents».
En revanche, il y a des côtés négatifs.
Le premier est d’ordre pratique. Si le nombre de parents d’un enfant augmente, comment cela se passe-t-il pour les déductions d’impôts pour enfants à charge, pour les héritages, pour les aides sociales, pour l’envoi des résultats scolaires, etc.
Beaucoup plus problématique, la multiplication des parents pourraient aboutir, non pas, à du mieux pour l’enfant (qui pourrait vivre difficilement cette situation) mais seulement pour les adultes.
Déstabilisé par cet afflux de parents, l’enfant n’en retirait alors pas grand-chose.
Il serait un peu plus cet «objet» qu’il est menacé de devenir avec des notions très ambigües comme celle du «droit à l’enfant» pour tous (avec toutes les méthodes de procréation assistée, l’adoption par les couples gays) ou encore de celui de bébé-médicament (conçu avant tout pour venir en aide à un frère ou une sœur malade par la possibilité d’utiliser ses cellules-souches), notions qui ne prennent que rarement en compte son bien être physique et mental.
Alexandre Vatimbella
© 2012 LesNouveauxMondes.org