INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

vendredi 7 septembre 2012

Elections présidentielles 2012. Convention démocrate: Barack Obama et Bill Clinton en duo centriste


La différence entre les conventions républicaine et démocrate est que les républicains ont essayé de rameuter les centristes indécis et déçus de la présidence Obama sans pour autant ne leur proposer quoi que ce soit de précis, seulement de montrer leur déception en changeant de camp, alors que les démocrates, à l’image de la plupart des orateurs, ont démontré leur engagement centriste.
Cela suffira-t-il à convaincre les fameux «independents» modérés, on ne le saura qu’au soir du 6 novembre…
Rappelons que à propos de ces modérés, qu’ils ne sont qu’une partie, certes importante mais une partie seulement, de cette catégorie «independents» où l’on trouve également des personnes de toutes les tendances politiques, des ultras-libertariens aux communistes sectaires, tous ceux qui disent aux sondeurs ne pas se reconnaitre dans les deux grands partis, républicain et démocrate.
Or donc, tout au long de la Convention démocrate qui vient de s’achever à Charlotte (Caroline du Nord), les intervenants se sont montrés adeptes d’une société équilibrée et consensuelle, d’une volonté de gouverner au centre et pour le bien de la classe moyenne.
Les vedettes de ce grand show plutôt réussi selon les médias ont été Bill Clinton et, bien évidemment, Barack Obama, deux hommes qui ont, à de multiples reprises, déclaré leur centrisme.
Loin donc d’un exercice de style où les déclarations n’ont qu’un but électoraliste comme chez Mitt Romney, leurs professions de foi centristes devant les militants de leur parti et au peuple américain étaient bien sincères, leurs présidences respectives en témoignant par ailleurs.
Barack Obama a ainsi pu, d’un côté, glorifier ceux qui ont un rêve et qui réussisse de même que l’individualisme comme une des principales valeurs américaines tout en affirmant qu’il y avait aussi une autre valeur tout aussi importante aux Etats-Unis, la «citoyenneté» qui permet aux Américains de s’aider et de prendre soin des autres, notamment ceux dans la difficulté et le besoin ou, tout simplement, pour construire ensemble une meilleure société.
«Aux Etats-Unis, nous ne croyons pas en ce qui peut être fait pour nous mais ce qui peut être fait par nous» a-t-il ajouté tout en mettant en avant le patriotisme.
Néanmoins, face à la radicalisation droitière d’une grande partie des républicains, il a rappelé que «sur chaque question, le choix ne se résumera pas seulement entre deux candidats ou deux partis» mais qu’il s’agira «d’un choix entre deux différentes voies pour l’Amérique», «un choix entre deux visions fondamentalement différentes pour le futur».
De son côté, Bill Clinton a délivré ce que certains commentateurs ont qualifié comme l’un de ses meilleurs discours.
L’ancien président des Etats-Unis a, par un exposé clair, précis, didactique et enlevé, présenté le bilan d’Obama tout en réfutant les attaques des républicains et en les mettant devant leurs propres contradictions et impasses.
Il a ainsi déclaré que «la question la plus importante est dans quel genre de pays voulons-nous vivre? Si vous voulez une société où le gagnant ramasse toute la mise, vous devez soutenir le ticket républicain. Si vous voulez un pays où la richesse est partagée ainsi que la responsabilité – une société où on est tous dans le même bateau – vous devez voter pour Barack Obama et Joe Biden», ajoutant que cette dernière philosophie était bien meilleure que le «chacun pour soi» républicain.
En outre, il a affirmé que «malgré que je sois souvent en désaccord avec les républicains, je n’ai vraiment jamais appris à les haïr de la manière dont l’extrême-droite qui contrôle maintenant leur parti semble haïr notre président et beaucoup d’autres démocrates».
Cette faction d’extrême-droite est celle qui refuse toute coopération et tout compromis, menaçant ceux qui oseraient le faire de représailles, au risque de plonger le pays dans le marasme, simplement par idéologie.
Pour lui, une des raisons de «réélire le président Obama est qu’il est toujours engagé dans une coopération constructive» avec tout le monde.
Et, tout au long de son discours, il s’est attaché à présenter les leaders républicains comme des personnes irresponsables qui font des discours et des propositions intenables.
Il a pris pour exemple sa réussite dans l’équilibre du budget américain: «les gens me demandent tout le temps comment nous avons eu un budget en excédent quatre fois de suite. Quelles nouvelles idées avez-vous apportées à Washington? Je donne toujours une réponse en un mot: arithmétique»
Un mot dont, selon lui, les républicains ont oublié la signification quand ils prétendent pouvoir lutter contre l’énorme déficit actuel et vouloir équilibrer le budget tout en augmentant les dépenses militaires et en réduisant les impôts pour les plus riches...
Alexandre Vatimbella
© 2012 LesNouveauxMondes.org