INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

lundi 26 novembre 2012

Le Carnet Américain d’Alexandre Vatimbella. Mississippi, un fleuve-monde

Un de ces fils les plus célèbres, William Faulkner - né à New Albany, pas loin de Memphis - a écrit, «pour bien comprendre le monde, vous devez d’abord comprendre un endroit comme le Mississippi».
Voilà donc une première bonne raison de lire l’ouvrage de Bernard Brigouleix et de Michèle Gayral, «Mississippi, le roman fleuve de l’Amérique»(*).
Mais il en existe bien d’autres pour se laisser emporter le long du cours d’eau le plus long des Etats-Unis.
Car, comme nous le rappelle les auteurs, le Mississippi a forgé l’Histoire de l’Amérique au même titre que New York ou la Californie: «Sans le Mississippi, les Etats-Unis resteraient certes une des plus grandes nations du monde – dont c’est justement le propre que de ne pas voir cette grandeur suspendue à une seule de leur composantes, si imposante soit-elle. Mais enfin, qui ne voit qu’à ce pays de superlatifs, l’hyperbole mississippienne manquerait tout de même terriblement? Et pas seulement aux yeux des passionnés de géographie physique: l’Ol’Man River des chanteurs de jazz est aussi, en soi, un acteur économique de première grandeur. Et, puisque l’on parle de jazz, le lieu de naissance d’une double forme musicale (et même triple: n’oublions pas, outre le blues, le rock) d’autant plus capitale qu’elle a essaimé à travers le monde entier avec le déferlant succès que l’on sait. Et encore une source d’inspiration prodigieuse pour la littérature américaine: Mark Twain, William Faulkner, John Steinbeck, Tennessee Williams, Scott Fitzgerald, Richard Wright, tant d’autres, de stature également universelle…».
Et c’est vrai qu’au fil de ce livre bien écrit et très documenté, on en apprend à toutes les pages sur cet univers, à la fois, si particulier et, en même temps, si hétérogène (le Nord du fleuve n’ayant que peu de chose à voir avec son Sud).
On se replonge ainsi dans les expéditions française qui permirent de découvrir celui que les Amérindiens appelaient «le Père des eaux» («Meschacebé»), dans le peuplement des berges, dans les paysages changeants, dans la formidable aventure des vapeurs qui naviguèrent sur son lit.
Sans oublier les épisodes ô combien important de la Guerre de sécession (que les Américains appellent Guerre civile) ou de la conquête des droits civiques, en passant par cette fameuse marche des noirs des Etats du Sud vers ceux du Nord pour trouver du travail dans les usines des bassins industriels et pour espérer, souvent à tort, qu’ils ne seraient plus victimes de ségrégation, celle-ci n’étant plus légale mais sociale et culturelle.
Il faut lire ce livre pour savoir ce que les Etats-Unis doivent au Mississippi.
Et notamment cet ouvrage sans nul pareil, «Huckleberry Finn» de Mark Twain, considéré comme le premier vrai roman «américain», ce «river-book» qui inspira tellement de «road-book» dont celui de Jack Kerouac, «Sur la route» («On the road»).
Et seul ce «fleuve magistral qui a largement façonné les Etats-Unis d’aujourd’hui à travers ses innombrables aventures d’hier, heureuses ou tragiques, glorieuses ou misérables», comme le disent fort justement les auteurs, était capable d’être le théâtre d’un tel chef d’œuvre…
Alexandre Vatimbella
© 2012 LesNouveauxMondes.org

(*) Editions du Rocher, 2012, 263 pages, 20,20€