INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

samedi 8 décembre 2012

Le Carnet Américain d'Alexandre Vatimbella. Hillary Clinton, 45° président(e) des Etats-Unis?

La campagne de communication a déjà commencé, bien avant la victoire de Barack Obama, le 6 novembre dernier face à Mitt Romney, pour faire de Hillary Clinton la… quarante-cinquième et première présidente des Etats-Unis!
Non pas de la part de cette dernière, mais de tous ses amis, et dieu sait s’ils sont nombreux aujourd’hui en Amérique et dans le monde.
Pourtant, Hillary avait affirmé en 2008 qu’elle ne se représenterait plus jamais à une présidentielle.
Sans renier cette position, l’actuelle secrétaire d’Etat (qui quittera son poste à sa demande en janvier prochain) dit qu’elle s’est remise de cette campagne éprouvante où, favorite des primaires démocrates et de l’élection générale, elle avait été battue par Barack Obama dans un combat où de nombreux coups bas avaient été échangés des deux côtés, le camp Obama, avec des attaques virulentes et peu honorables, n’y étant pas allé de main morte à l’époque contre celle qui est désormais la figure politique la plus populaire du pays.
Lorsque l’on interroge ses proches (Clinton refuse d’en parler) ou des analystes bien informés – et les médias américains ne s’en privent pas – tous affirment ne pas savoir ce qu’elle va faire mais pensent qu’elle serait sans nul doute la grande favorite pour succéder à Obama et que la passion de la politique l’anime toujours autant.
Quoi qu’il en soit, nombre de pundits (experts) lui prédisent un triomphe, à la fois, lors de la primaire démocrate puis de la présidentielle où, pour l’instant, aucun candidat ne fait le poids contre elle.
Et les enquêtes d’opinion semblent leur donner raison de manière éclatante.
57% des Américains (66% des femmes – dont 35% de celles qui sont enregistrées comme républicaines! - et 49% des hommes), ainsi, supportent déjà sa candidature en 2016 selon un sondage révélé il y a trois jours par la chaine ABC news et le Washington Post.
Dans son propre parti, ils sont même 80% des démocrates à la supporter.
Un autre sondage réalisé à New York, donne le pourcentage de 54% avec, surtout, 75% d’opinions favorables sur sa personnalité et son bilan.
Enfin, un troisième sondage, la donne largement en tête de la première primaire (en fait un caucus) démocrate de l’Iowa, écrasant son poursuivant, le vice-président actuel, Joe Biden (58% contre 17%).
Son positionnement centriste est un atout pour celle qui a dit «la politique américaine peut être parfois quelque peu déséquilibrée. Nous penchons vers la droite ou vers la gauche mais nous retournons toujours vers le centre car nous sommes des pragmatiques. Nous ne sommes pas des idéologues. La plupart des gens veulent des solutions sensées.»
De même que sa réussite à la tête de la diplomatie américaine où elle a démontré ses capacités politiques et prouvé qu’elle avait la stature d’une grande dirigeante, le tout après son passage à la Maison blanche (où elle fit vraiment un tandem avec son mari, Bill Clinton, qui avait dit qu’en l’élisant, les Américains élisaient deux Clinton pour le prix d’un!) et au Sénat, en tant qu’élue de l’Etat de New York.
Pour autant, les choses ne seront peut-être pas aussi simples que certains ne le disent (en fait, elles ne le sont jamais lors d’une élection présidentielle).
Car, avant d’être aussi populaire, Hillary Clinton avait ses partisans (nombreux) mais également ses détracteurs (nombreux également).
Rappelons qu’en 2008, si elle était la favorite du scrutin, elle était aussi celle dont une partie significative de l’électorat affirmait qu’elle ne voterait jamais pour elle, un handicap dont s’était servi avec à-propos Obama pour la discréditer.
De plus, un slogan assez efficace alors disait qu’après deux présidents Bush, on ne pouvait avoir deux présidents Clinton (sous-tendu ces deux familles sont en train de phagocyter la démocratie).
Ironie de l’histoire, il est tout à fait possible que l’élection de 2016 oppose Hillary Clinton au républicain… Jeb Bush, fils et frère des anciens présidents!
Reste qu’avec son expérience, sa connaissance, ses capacités ainsi que les relations qu’elle a nouées tant dans son pays que dans le monde entier, elle apparait comme la personne idéale pour occuper le poste suprême.
Cerise sur le gâteau, les Américains éliraient en même temps la première présidente des Etats-Unis, juste après avoir envoyé à la Maison blanche, le premier Afro-américain.
Infatigable défenseure des droits des femmes dans le monde, entrer dans l’Histoire en cassant ce «plafond de verre» (une expression qu’elle a maintes fois utilisée en 2008) pour la première fois, voilà qui ne déplairait certainement pas à Hillary Clinton…
Alexandre Vatimbella
Copyright 2012 LesNouveauxMondes.org