INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

lundi 27 mai 2013

Le Carnet Américain d’Alexandre Vatimbella. Etats-Unis: baisse des homicides, merci aux guerres en Irak et Afghanistan?!

Et si la baisse des victimes de meurtres aux Etats-Unis – en particulier à New York – était due avant tout aux guerres menées en Irak et en Afghanistan!
Passée la surprise de ce lien a priori improbable, il faut se rappeler que les deux guerres mondiales du XX° siècle sont considérées comme ayant été de formidables et sans équivalents accélérateurs du progrès humain dans de nombreux domaines technologiques et scientifiques.
On sait que la médecine et l’hygiène (les deux principaux responsables de l’allongement de l’espérance de vie) ont fait des bonds spectaculaires en14-18 puis en 39-45. Rien d’étonnant donc que celles-ci aient également connu des améliorations substantielles lors des deux conflits armés des années 2000 menés par les Etats-Unis et leurs alliés.
Dès lors, la baisse des morts violentes seraient dues avant tout à une meilleure médecine et beaucoup moins à l’action de la police malgré les dires de cette dernière et l’autosatisfaction affichée de certains hommes politiques comme le maire de New York, Michael Bloomberg.
Ces progrès viendraient en droite ligne des leçons apprises pour soigner les blessés des forces armées américaines en Irak et en Afghanistan (mais aussi de l’expérience acquise précédemment en Corée et au Vietnam).
Une grande enquête du Wall Street Journal révélait il y a quelques mois que les médecins voyaient arriver aux urgences de plus en plus de personnes victimes d’attaques violentes mais que, grâce aux nouvelles techniques et aux nouveaux traitements, ils pouvaient en sauver de plus en plus.
Mais qu’est-ce qui permet de dire cela? Les statistiques, pardi. Ainsi, les attaques violentes contre les personnes ont augmenté aux Etats-Unis ces dernières années alors que, pendant le même temps, le nombre de morts chutait de manière spectaculaire.
Il fallait donc trouver la raison de ce paradoxe.
Et c’est l’évolution de la médecine d’urgence aux Etats-Unis qui fournie la meilleure explication.
D’abord dans la création d’unité d’urgences médicales spécialisées dans les traumatismes et leur localisation généralement à soixante minutes maximum du lieu d’une attaque.
Ensuite dans le transport des blessés très graves qui se fait de plus en plus par hélicoptère, ce qui fait gagner énormément de temps.
Puis la technique médicale, notamment le fait de ne traiter qu’une blessure à la fois (quitte à faire plusieurs opérations successives) pour éviter de trop longues opérations qui fatigueraient le patient et pourraient engager son pronostic vital.
Sans oublier la gestion de la transfusion sanguine avec l’utilisation de plaquettes plutôt que de globules rouges.
Est-ce à dire que les programmes sécuritaires de la police et des autorités politiques ainsi que les actions diverses menées pour faire baisser la criminalité n’ont aucun effet ou simplement à la marge?
Certains l’affirment mais le FBI apporte un bémol à cette thèse en indiquant qu’il est très difficile en l’état d’utiliser les statistiques fournies par les hôpitaux en matière d’agressions qui montrent une augmentation significative des personnes sérieusement blessées par des attaques à l’arme à feu ou à l’arme blanche.
Seules celles concernant les morts par homicides, collectées par la police fédérale, seraient en effet comparables d’une année sur l’autre et elles n’apportent pas des éléments incontestables sur le fait que la baisse homicides entre 2007 et 2010 soit corrélée à une forte augmentation du nombre de vies sauvées par les médecins.
Reste qu’il ne serait guère surprenant que les progrès de la médecine dans ce domaine comme dans bien d’autres, sauve de plus en plus de vies.
Alexandre Vatimbella

© 2013 LesNouveauxMondes.org