INFOS USA est un site de l'agence de presse LesNüuveauxMýndes.þrg

Rechercher sur Infos USA

Les actualités sur www.infos-usa.com

mardi 14 juillet 2015

Présidentielle USA 2016. Démocrates – La centriste Clinton et les autres

Beaucoup de gens seraient étonnés de savoir qu’il y a actuellement dix-sept candidats déclarés et non pas une seule pour être la personnalité démocrate qui représentera le parti à la présidentielle de 2016!
En effet, depuis son départ de l’administration Obama en 2013, Hillary Clinton a monopolisé l’attention des médias du monde entier et, pendant longtemps, on évoquait des noms de ses possibles concurrents pour la primaire démocrate mais sans savoir s’il y en aurait beaucoup qui oseraient l’affronter tellement elle est l’ultra-favorite pour la nomination de son parti ainsi que pour la présidentielle.
Mais, au fil du temps, plusieurs ont décidé de partir à la bataille et pourraient être rejoints par quelques autres dans les semaines et les mois qui viennent.
Reste qu’à part la centriste, son challenger socialiste, Bernie Sanders ainsi que Martin O’Malley (ancien gouverneur du Maryland), Jim Webb (ancien sénateur de Virginie) et Lincoln Chaffee (ancien sénateur et gouverneur de Rhode Island), pratiquement personne ne connait les autres prétendants dont nombre ne représentent rien d’autre qu’eux-mêmes.
On peut donc dire qu’il y a donc actuellement cinq candidats «sérieux» et… une candidate capable d’emporter la nomination lors de la Convention démocrate.
Mais ne disait-on pas la même chose en 2008 avec, en bout de course, la victoire du «challenger» Barack Obama sur Hillary Clinton.
Pour autant, cette fois-ci, il n’y a pas de phénomène politique comme Obama – et il ne devrait pas y en avoir a priori – et les circonstances se prêtent moins à élire un quasi-inconnu qu’il y a sept ans où comme on le disait alors, même un âne (jeu de mot avec l’emblème du Parti démocrate) aurait battu n’importe quel candidat républicain tellement la présidence de George W Bush se terminait en eau de boudin par un rejet d’une grande partie du peuple américain.
Néanmoins, rien n’est jamais sûr en politique et, surtout en politique américaine où des quasi-inconnus peuvent tirer leur épingle du jeu et, parfois, créer l’énorme surprise.
D’autant que le Parti démocrate pourrait succomber à ses vieux démons en se déportant, comme en 1972 avec George McGovern, plus que de mesure à gauche, ce qui permettrait à un outsider d’émerger.
Reste que cette éventualité, un cauchemar pour les dirigeants du parti, serait sans doute fatale aux chances des démocrates de continuer à occuper la Maison blanche.
L’égérie de la gauche américaine et des «liberals» (gauche du Parti démocrate) est la sénatrice Elisabeth Warren mais elle a annoncé il y a déjà longtemps qu’elle ne se présenterait pas.
Son espace politique (en attendant qu’elle change d’avis, ce que souhaite ardemment ses fans mais aussi tout le Parti républicain!) est désormais occuper par le socialiste Sanders qui parvient à déplacer des foules comme dans le Wisconsin le 1er juillet, où 10.000 personnes ont assisté à un ses meetings dans la ville de Madison.
Bien entendu, le virage à gauche d’une partie des démocrates s’explique aisément.
Au-delà d’un noyau socialiste des plus réduits, nombre de militants démocrates mais aussi d’électeurs commencent à se rebeller contre la montée en flèche, ces dernières décennies, des inégalités en matière économique qui n’ont jamais été aussi fortes que depuis 1928 avec, depuis 1979, une progression des revenus des 1% les plus riches de 138% contre seulement 15% pour 90% de la population.
Il s’agit aussi de se mobiliser contre l’extrême-droite représentée par le Tea party mais qui a diffusé largement ses idées à l’intérieur du parti républicain.
Bien entendu, il ne faut tomber dans le panneau de l’effet de perspective qui a été mis en place par la droite radicale républicaine.
Le Parti républicain s’est en effet droitisé pendant des années en accusant les démocrates de se gauchiser, affirmations que les analystes et les politologues ont démontées facilement mais qui ont été reprises abondamment par les médias conservateurs et même par d’autres.
Dès lors, une demande de plus d’égalité dans la distribution des fruits de la croissance ainsi qu’une hausse d’impôts pour les plus riches afin de financer, notamment, la rénovation et la construction d’infrastructures en décrépitude ou nécessaires, des mesures que proposent Barack Obama par exemple, sont dénoncées par les républicains comme dangereusement gauchistes alors qu’elles ne sont que centristes…
Elles sont d’ailleurs défendues également par l’ensemble des candidats à la candidature dont les cinq crédibles – en particulier Hillary Clinton – qui pourraient être rejoints par deux ou trois autres d’égale stature (on pense notamment au vice-président Joe Biden).
Parmi ces cinq, on trouve deux «liberals» (gauche) – Sanders et O’Malley – et trois centristes – Clinton, Webb et Chafffee, ce qui est une différence notable avec les républicains où l’énorme majorité des prétendants sont des conservateurs voire des ultraconservateurs, certains ayant même une grande proximité avec l’extrême-droite.
Présentons les trois centristes:
- Hillary Clinton est la centriste par excellence.
Comme toute personnalité du Centre, elle est constamment accusée par la gauche d’être trop proche de la finance de Wall Street et par la droite d’être une dangereuse gauchiste…
Elle et son mari, Bill Clinton, sont à l’origine de la Troisième voie qui recentra le Parti démocrate et lui permis de revenir au pouvoir en 1992 en tournant le dos à sa rhétorique gauchiste.
Son statut de favorite pour la primaire puis pour la présidentielle en fait la cible de tous et sa capacité à encaisser les coups et les attaques qui sont déjà particulièrement dures seront une des clés de l’élection de 2016.
- Jim Webb est considéré par les «liberals» comme un homme de centre-droit, voire de droite tout court.
Il faut dire qu’il est un ancien républicain qui a servi dans l’Administration de Ronald Reagan.
C’est également un ancien militaire et sénateur démocrate qui a toujours essayé de travailler avec les deux grands partis et qui a représenté la Virginie de 2007 à 2013.
Il renonça à se représenter en expliquant qu’il était frustré par le blocage partisan au Congrès qui empêchait la prise de décisions importantes pour le pays.
- Lincoln Chaffee a tout été, républicain «independent» (affilié à aucun des deux grands partis) et démocrate.
De même ses prises de position politiques empêchent de véritablement lui coller une étiquette politique mais on peut dire qu’il est plutôt au centre de l’échiquier politique.
Cette difficulté de le qualifier sera sans doute une de ses faiblesses d’autant qu’il semble que sa candidature n’ait pas réellement intéressé les Américains pour l’instant.
Ancien sénateur républicain puis gouverneur du Rhode Island, élu en tant qu’indépendant, il a, depuis, rallié le Parti démocrate.
Il est plutôt un modéré en matière de politique étrangère, plutôt un conservateur en matière fiscale et plutôt à gauche en matière de politique sociale.
Mais des changements dans ses positions ont désorienté les électeurs et lui ont aliéné, à la fois, les démocrates et les républicains.
Il ne semble pas en position de jouer un rôle majeur lors de la primaire démocrate.

Alexandre Vatimbella avec l’équipe de l'agence
© 2015 LesNouveauxMondes.org



mardi 7 juillet 2015

Présidentielle USA 2016. Républicains – Y a-t-il un centriste parmi la pléthore de candidats?

Il y a pléthore en la maison républicaine pour la candidature à la candidature à l’élection présidentielle de novembre 2016.
Combien y en aura-t-il finalement? Personne ne le sait exactement car chaque semaine un ou plusieurs nouveaux candidats font leur coming-out…
Pas moins de seize candidats principaux (et quinze secondaires qui ne devraient pas aller très loin dans leur entreprise) sont en lice pour l’instant comme si la Maison blanche était promise à l’un d’entre eux alors que l’archi-favorite des sondages et des analystes demeure la démocrate Hillary Clinton.
Et il y en aura peut-être encore plus dans les jours qui viennent puisque Bob Erlich (ancien gouverneur du Maryland), Jim Gilmore (ancien gouverneur de Virginie), Peter King (représentant e New York) et Rick Snyder (gouverneur du Michigan) pourraient se lancer dans la course!
Enumérons rapidement et dans le désordre les seize prétendants:
Jeb Bush (ancien gouverneur de Floride; Scott Walker (gouverneur du Wisconsin); Marco Rubio (sénateur de Floride); Ben Carson (médecin); Mike Huckabee (ancien gouverneur de l’Arkansas); Rand Paul (sénateur du Kentucky); Ted Cruz (sénateur du Texas); Donald Trump (promoteur); Chris Christie (gouverneur du New Jersey); John Kasich (gouverneur de l’Ohio); Rick Perry (ancien gouverneur du Texas); Carly Fiorina (ancienne dirigeante d’entreprise); Rick Santorum (ancien sénateur de Pennsylvanie); Lindsey Graham (sénateur de Caroline du Sud); Bobby Jindal (gouverneur de Louisiane); George Pataki (ancien gouverneur de New York.
Dans cette longue liste, se cache-t-il un ou plusieurs centristes?
On peut éliminer rapidement le fantasque et incompétent milliardaire newyorkais Donald Trump dont la dernière sortie contre les Mexicains révèle une xénophobie lamentable condamnée par pratiquement toute la classe politique ainsi que Carly Fiorina, ancienne dirigeante de Hewlett-Packard, qui est une représentante de la droite radicale et dont la seule «compétence» sera d’être l’anti-Hillary Clinton, sûrement un peu juste pour être élue, elle qui est la seule candidate dans une marée masculine.
Sans oublier Ben Carson, pédiatre afro-américain à l’extrémisme de droite ravageur et seul candidat noir qui s’est fait remarquer ces derniers mois plus pour ses déclarations clivantes que pour ses capacités à rassembler.
A noter que Ben Carson et Donald Trump tirent leur épingle du jeu dans les sondages…
Bien évidemment, il faut aussi éliminer dans la foulée Ted Cruz, Rick Perry, Scott Walker et Rick Santorum qui sont les candidats préférés du Tea-Party et des religieux radicaux, deux groupes qui pèsent chez les républicains et qui situent ces personnalités entre la droite radicale et l’extrême-droite.
De même pour Bobby Jindal et John Kasich, même si ce dernier s’est montré plus enclin à accepter une partie de la réforme de l’assurance-santé, un «crime» pour nombre de membres du Parti républicain, puisque l’anti-«Obamacare» est un des étendards principaux de la droite depuis son vote par le Congrès en 2010 et pratiquement tous les candidats se sont engagés à l’abroger, ce qui sera quasiment impossible depuis que la Cour suprême l’a déclarée légale par deux fois mais qui est une posture indispensable pour être adoubé par les électeurs républicains.
On doit aussi sortir de la liste Rand Paul, représentant des libertariens dont la vision économique et sociale est souvent plus radicale que celle des plus radicaux de droite du Parti républicain même si sa vision sociétale est nettement plus libéral voire «liberal» (au sens de gauche américaine), ce qui lui permet, par exemple, d’avoir le soutien de nombreux jeunes électeurs et de bien figurer dans les sondages.
Restent en piste, pour l’instant, Jeb Bush, Marco Rubio, Chris Christie, Lindsey Graham et George Pataki.
Même s’ils semblent plus «modérés» face à des extrémismes de la trempe de ceux que l’on a déjà éliminés, Marco Rubio et Lindsey Graham sont néanmoins plus proches d’une droite dure que d’un centre-droit même si ce dernier, spécialiste de politique étrangère, avait une image plutôt consensuelle, travaillant parfois avec les démocrates mais il s’est radicalisé récemment.
Nous avons donc trois finalistes.
D’abord celui qui est en tête des sondages des prétendants républicains, Jeb Bush.
Le fils de George H.W. Bush et le frère de George W Bush, tous deux anciens présidents, n’a jamais brillé par son centrisme.
Mais la droitisation du Parti républicain – qui lui a fait dire au cours de ces dernières années qui ni son père, ni son frère n’auraient une chance d’être le candidat républicain en se présentant aujourd’hui – entamée lors la présidence de Ronald Reagan puis poursuivie sous de celle de son frère avant d’être paroxystique depuis l’élection du démocrate Barack Obama, l’a déplacé comme un homme de droite alors que l‘on aurait pu le classer dans la catégorie de la droite dure il y a quelques années.
Reste qu’il ne se positionnera pas au centre s’il est élu mais qu’il risque de le faire afin de remporter le scrutin…
La question est plus complexe pour Chris Christie et George Pataki.
Ces deux hommes sont en effet des républicains qui gouvernent ou ont gouverné des Etats de l’Est très majoritairement démocrates (New Jersey pour Chris Christie qui en est l’actuel gouverneur) et fortement démocrate (New York avec la ville de New York très majoritairement démocrate pour George Pataki qui en a été le gouverneur de 1995 à 2007).
Ils ont pu l’emporter grâce l’incurie des démocrates locaux et nombre d’affaires de corruption (même si celle-ci touche aussi le Parti républicain dans ces deux Etats).
Mais pour devenir gouverneurs, ils ont également du apparaître comme des républicains centristes sinon ils n’auraient pu être élus.
Le sont-ils vraiment ou se sont-ils positionnés au centre de l’échiquier politique pour remporter la mise, telle est la question les concernant.
Il est trop tôt pour savoir comment ils vont mener leur campagne et les promesses qu’ils feront.
Mais on peut se référer à leurs mandats respectifs et leurs prises de position.
Si les deux hommes sont considérés comme des conservateurs, notamment en matière fiscale, ils ont quelques faits d’arme centristes à leurs actifs.
Ainsi, si Chris Christie s’est opposé à la légalisation de la marijuana pour usage récréatif, il a autorisé celui du cannabis pour un usage médical.
Il est contre le mariage gay mais milite pour des unions civiles pour les couples homosexuels.
Enfin, il n’est pas un adversaire de l’avortement même s’il est devenu pro-vie ces dernières années.
De son côté, George Pataki est en faveur de l’avortement et il s’est battu pour faire adopter une législation pro-gay lorsqu’il était gouverneur et a même réussi à contourner l’opposition du Congrès de l’Etat de New York alors dominé par les républicains.
De plus, Pataki est souvent compare à John McCain et Mitt Romney, les deux derniers candidats républicains à la présidentielle, tous deux battus par Barack Obama et considérés comme des conservateurs modérés, voire comme des personnalités de centre-droit.
S’il devait y avoir un candidat proche de l’espace centriste, ce serait donc George Pataki.
A noter qu’il est, à l’heure actuelle, un des moins bien partis dans les sondages car considéré comme trop modéré, voire comme un Rino («Republican in name only» soit un «républicain juste de nom» comme l’extrême-droite du parti a baptisé les modérés de leur camp).
Ainsi, dans un sondage de Fox news publié fin juin, il obtient 1% des intentions de vote à la primaire républicaine…
Sauf qu’il faut se rappeler que lors des deux dernières élections présidentielles, les électeurs républicains ont, in fine, choisi des modérés pour représenter le parti, tout simplement parce que les extrémistes et les radicaux n’ont aucune chance d’obtenir la majorité des voix du peuple américain.
Ce fut également le cas lors de l’élection de George W Bush en 2000 mais celui-ci de modéré passa à radical, notamment sous l’influence de son conseiller Karl Rove et, surtout, du vice-président Dick Cheney.
Sans oublier les attentats du 11 septembre…
Alexandre Vatimbella avec l’équipe de l'agence

copyright 2015 LesNouveauxMondes.org 

jeudi 2 juillet 2015

Le Carnet Américain d’Alexandre Vatimbella. Et si le principal échec d’Obama était la condition des noirs

Jimmy Fallon, l’animateur vedette du célèbre talk-show «The tonight show» sur la chaîne NBC, se demandait récemment à propos de Barack Obama, en plaisantant tout en se moquant des adversaires de ce dernier, si celui-ci laisserait une marque dans l’Histoire, lui, le premier président noir des Etats-Unis…
Pourtant, au moment même où l’hôte de la Maison blanche vient d’enregistrer, coup sur coup en une semaine, trois victoires importantes (pouvoirs étendus pour négocier le traité de libre-échange de la zone pacifique, validation par la Cour suprême de sa loi sur l’assurance santé et du mariage gay) et que sa présidence a connu d’autres succès notables (comme le redémarrage de l’économie après la Grande récession de 2008 ou le sauvetage de l’industrie automobile sans parler de sa réélection dans un fauteuil en 2012 dans un contexte difficile), il semble bien qu’un des échecs les plus cinglants de sa présidence, au vu des événements dramatiques qui se sont succédé ces trois dernières années, surtout ces derniers mois, concerne la condition de la communauté afro-américaine, la sienne (Obama est métis, père noir, mère blanche, mais il s’est toujours défini comme noir dans les recensements comme la loi américaine le lui permet).
Il faut rappeler en préambule que Barack Obama a toujours refusé d’être considéré comme un «président noir» et, surtout, comme «le président des noirs».
Pour lui, le caractère historique de son élection en tant que premier Afro-américain à s’installer dans le fauteuil du bureau ovale est indéniable et constitue autant une grande victoire qu’une grande fierté mais il ne s’agissait pas d’une finalité.
De même, il n’a jamais voulu être «seulement» un objet de curiosité historique en étant d’abord catalogué comme «premier président noir», ainsi que le furent nombre de noirs élus pour la première fois à diverses fonctions à travers le pays et dont les mandats ne furent malheureusement pas à la hauteur des espoirs suscités par leur élection.
Et puis, il ne faut surtout pas oublier l’épisode Jeremiah Wright. La polémique à propos des sermons incendiaires vis-à-vis de l’Amérique et des blancs, du pasteur noir de l’église à laquelle il était affilié faillirent lui coûter son élection.
Ce n’est que par un discours brillant sur la race et les religions prononcé en mars 2008 à Philadelphie qu’il réussit à s’en sortir.
«J’ai choisi, expliqua-t-il alors, de me présenter aux élections présidentielles à ce moment de l’histoire parce que je crois profondément que nous ne pourrons résoudre les problèmes de notre temps que si nous les résolvons ensemble, que nous ne pourrons parfaire l’union que si nous comprenons que nous avons tous une histoire différente mais que nous partageons de mêmes espoirs, que nous ne sommes pas tous pareils et que nous ne venons pas du même endroit mais que nous voulons aller dans la même direction, vers un avenir meilleur pour nos enfants et petits-enfants».
Plus loin, il indiqua: «Le révérend Jeremiah Wright ne fait pas que se tromper, ses propos sèment la discorde à un moment où nous devons trouver ensemble des solutions à nos énormes problèmes: deux guerres, une menace terroriste, une économie défaillante, une crise chronique du système de santé, un changement climatique aux conséquences désastreuses. Ces problèmes ne sont ni noirs ni blancs, ni hispaniques ni asiatiques mais ce sont des problèmes qui nous concernent tous».
Car, il faut bien comprendre que par-dessus tout, Barack Obama souhaitait profondément être le président de tous les Américains.
Pas seulement pour éviter de tomber dans un communautarisme qui aurait plombé sa présidence d’abord en ne faisant de lui que le porte-parole de la communauté noire – tout en étant phagocyté par celle-ci –, ensuite en étant constamment critiqué et contré par ses adversaires républicains comme le président de la revanche de cette même communauté.
Au risque, bien sûr, de mécontenter les Afro-américains qui attendaient beaucoup de sa présidence – même si certains lui contestaient sa place à leurs côtés, n’étant pas un descendant d’esclave mais le fils d’un Kényan – et dont nombre ont été déçus, ne ménageant pas leur critique à son encontre au fil des ans alors que le racisme ne faiblissait pas et que la situation économique et sociale de la communauté noire n’évoluait guère positivement.
Mais il s’agit, avant tout, d’une incompréhension de qui est Obama et de son ambition qu’il a maintes fois évoquée d’être un président qui ouvrirait une nouvelle ère en ce début de XXI° siècle, à tous ses concitoyens sans exclusive.
Le «Yes we can» («Oui nous le pouvons») et le «Change we can believe in» («Le changement auquel nous pouvons croire»), les deux slogans principaux de sa campagne de 2008, s’adressaient dans son esprit sans aucune équivoque à toute l’Amérique.
Cela provient, avant tout, de son positionnement centriste assumé, de sa volonté de moderniser les Etats-Unis en impliquant tous les Américains. C’est aussi pourquoi, pendant longtemps, au nom de son centrisme progressiste, il tendit la main aux républicains pour réformer avec eux le pays de manière équilibrée et que ceux-ci en profitèrent pour faire de l’obstruction et de l’opposition systématiques, le faisant passer pour un faible là où il recherchait le meilleur consensus pour le bien de la nation américaine.
De plus, pour lui, il faut que le premier président noir des Etats-Unis soit, dans l'Histoire, un président qui a réussi et qui a gouverné pour tout le peuple américain. Ce n'est que comme cela qu'il pourra le mieux changer radicalement l'avenir de la communauté afro-américaine à jamais.
D’autant qu’il faut ajouter que s’il se sent sans conteste très concerné par la condition des Afro-américains (en témoigne son emploi de travailleur social dans les quartiers noirs défavorisés de Chicago), il n’a jamais été un militant de celle-ci au même titre que les Frederick Douglass, Booker T Washington, W.E.B. Du bois, Marcus Garvey, Malcom X ou Jesse Jackson qui se présenta deux fois aux primaires démocrates et termina en deuxième position en 1988.
On peut même dire qu’il n’est pas un autre Martin Luther King même s’il est proche de sa vision des rapport humains, de sa non-violence mais pas de son engagement très à gauche et encore moins de sa critique virulente du capitalisme de la fin de la vie du pasteur natif d’Atlanta.
Tout cela explique qu’il a souvent refusé de prendre des mesures qui seraient apparues comme uniquement en faveur des Afro-américains, qu’il a tenté de garder constamment une balance équitable lors de questions touchant à des confrontations entre les noirs et les autres communautés (principalement la blanche) et qu’il s’est refusé à stigmatiser l’Amérique blanche ou latino contre l’Amérique noire même lors d’événements dramatiques comme la mort du jeune noir de 17 ans, Trayvon Martin en 2012, par exemple.
Ce positionnent lui a attiré de très nombreuses critiques de nombre de leaders de la communauté noire et des antiracistes.
Bien entendu, il n’a jamais oublié tout le racisme d’une partie de la population qui s’est manifesté lors de sa campagne de 2008 (comme dans un reportage d’une télévision américaine où des couples blancs du Sud expliquaient qu’«un noir, comme une femme, ça ne doit pas s’occuper de politique»!) ainsi que lors de son élection et qui a continué depuis avec des propos d’une violence inouïe sur sa personne et son action (tout en évitant, souvent, d’être frontalement racistes pour être condamnables et condamnés, la liberté d’expression étant un dogme de la démocratie étasunienne).
De même, il n’a jamais cru que son élection avait soudainement fait passer les Etats-Unis dans une ère post-raciale où le racisme et la condition précaire de nombreux noirs allaient disparaitre comme par enchantement.
Pour autant, depuis le début de son second mandat, il a été obligé d’évoluer sur cette question.
Ainsi, après la mort le 9 août 2014 à Ferguson de Michael Brown, un jeune noir tué par un policier blanc, il a été confronté à la grogne des Afro-américains qui s’est traduite dans les sondages par une baisse importante de confiance que ceux-ci lui accordent en matière de problème raciaux (de 77% d’opinions positives en août 2014, il est passé à 57% en décembre de la même année selon l’institut Pew).
Surtout la tuerie récente dans une église noire de Charleston en Caroline du Sud a contraint Obama à monter au créneau de manière forte avec un discours plus offensif.
«Nous ne sommes pas guéri du racisme, a-t-il déclaré lors d’une interview dans une émission de radio. Et ce n’est pas simplement une question de politesse de dire ‘nègre’ en public. (…) Ce n’est pas de savoir si le racisme existe encore ou non. Ce n’est pas juste un problème de discrimination manifeste. Les sociétés, en une nuit, n’éradiquent pas complètement des choses qui existent depuis deux cents à trois cents ans».
Dans le même temps, il a rejoint ceux qui demandent l’abandon par les Etats du Sud, du drapeau confédéré, symbole des pro-esclavagistes lors de la Guerre de sécession et des racistes depuis lors.
Car, à deux ans du terme de son mandat et alors qu’il ne sollicitera plus les voix des Américains, il semble vouloir faire du problème racial (aux Etats-Unis on continue à parler de race sans connotation raciste), une des priorités de la fin de sa présidence.
Mais il sait qu’il doit peser ses mots et ses interventions pour ne pas mettre de l’huile sur le feu alors même qu’il serait légitime à stigmatiser plus fortement certains comportements, ce qui pourrait être utilisé ensuite pour lui reprocher d’avoir lui-même initié des réactions violentes.
En revanche, il peut évidemment délivrer une parole humaniste ferme en tentant de faire prendre conscience à ses concitoyens de l’urgence de construire cette fameuse Amérique post-raciale.
Cependant, son action demeure très limitée comme l’aurait été celle de n’importe quel autre président, qu’il soit blanc, qu’il soit noir ou d’une autre couleur.
Car, ici, l’on touche à des questions que seule une société qui accepte de réfléchir sur elle-même peut régler en profondeur même si, bien entendu, ses leaders et ses dirigeants ont un rôle à jouer.
Mais ce n’est pas qu’une question qui se pose qu’aux Etats-Unis et encore moins à un homme, fut-il le président de la première puissance mondiale.
Reste que si Obama n’a pas révolutionné les rapports entre les communautés, il a permis une chose extraordinaire: aujourd’hui, n’importe quel enfant noir de l’Amérique peut désormais rêver d’être un jour à la Maison blanche sans qu’on le prenne pour un fou.
Voilà un espoir formidable mais aussi, désormais, comme l’a toujours affirmé Barack Obama, une grande responsabilité pour la communauté afro-américaine.
C’est en comprenant bien que ces deux faces de son élection historique sont aussi importantes pour lui que l’on saisit sa relation avec le long chemin de l’émancipation des noirs et de la fin des discriminations à leur encontre.
Alexandre Vatimbella
© 2015 LesNouveauxMondes.org